Afrique de l’Ouest: Office du Niger – A la recherche de partenaires pour booster la diversification de ses cultures


Depuis la restructuration de l’Office du Niger en 1994, l’État du Mali a compris qu’il ne pouvait plus continuer à financer seul les travaux de réhabilitation et d’extension des superficies. Face à ce constat, il a été entrepris une politique d’incitation des privés à l’installation en zone Office du Niger à travers des beaux ordinaires de 30 ans ou emphytéotiques de 50 ans.

Selon la Direction générale de l’Office du Niger, la preuve a été donnée dans la zone de production de M’Béwani, située à 30 Km du Pont-Barrage de Markala, avec la participation des bénéficiaires aux travaux.

L’accès à la terre a été ouvert à tout le monde, malien comme étranger, à condition de disposer de moyens permettant de financer l’aménagement et la mise en valeur de la parcelle attribuée. Ainsi, il a été entrepris une politique d’incitation des privés à l’installation en zone Office du Niger à travers des beaux ordinaires de 30 ans ou emphytéotiques de 50 ans.

Pour investir, précise-t-on, le promoteur saisit la Direction générale de l’Office du Niger par simple demande. Il reçoit immédiatement une réponse de celle-ci pour une prise de contact avec les services techniques afin de clarifier l’idée de projet en vue d’aboutir à l’identification d’un site favorable. Ensuite, une lettre d’accord de principe lui est adressée pour le montage de son projet qui nécessite une étude de faisabilité technique, environnementale et financière à sa charge. Puis, un bail est conclu avec un cahier de charges sur la base des résultats positifs de cette étude. La mise en valeur de sa parcelle suit les conditions prescrites dans le cahier de charges.

Selon la Direction générale de l’Office du Niger, l’investissement est fortement encouragé dans la diversification des cultures (extension de la pomme de terre et du maïs, promotion du soja et du blé), dans la promotion des activités de développement de l’élevage et de la pêche (construction de fermes modernes, promotion de la pisciculture) et dans la promotion des activités de protection de l’environnement (arboriculture et agroforesterie).

« L’ensemble de ces mesures ont créé un cadre favorable à l’augmentation des productions maraichères et de diversification. C’est le cas notamment de la pomme de terre et du maïs qui sont cultivés à grande échelle par le Complexe Agro Industriel. Pour profiter davantage de l’environnement naturel, institutionnel et socioéconomique favorable au développement des cultures maraichères et de diversification, l’Office du Niger envisage de poursuivre les actions visant à augmenter la production et la productivité et à mieux valoriser les productions », a-t-elle ajouté.

« Les investisseurs sont particulièrement invités à venir profiter du potentiel industriel énorme des filières Blé, Pomme de terre et tomate afin de répondre aux besoins croissants de la population », conclut -il.



actuniger

A lire aussi

Laisser un commentaire