Fokn Bois, les sales gosses du rap ghanéen


Le tandem se méfie de la musique « pop-corn », vite consommée et oubliée& © andras orsi


Provocateur à souhait, Afrobeats LOL, cinquième album du duo Fokn Bois, épingle le matérialisme, le manque d’estime de soi et la superficialité de la jeune génération.


L’histoire du drôle de tandem des Fokn Bois (pour « fucking boys »), est un peu celle de chenapans virtuoses qui auraient décidé de ne pas perdre leur enthousiasme et leur humour acide en grandissant. C’est chez les scouts que Bondzie Mensa Ansah (aka M3nsa), 37 ans, et Emmanuel Owusu Bonsu (Wanlov The Kubolor), 39 ans, se rencontrent. Leurs chemins se croisent à nouveau à l’Adisadel College d’Accra. « On se retrouvait dans l’immense réfectoire de l’établissement et on improvisait des histoires chantées dans un style jazz-rap en tapant sur les tables », se souvient Wanlov.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n’êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Besoin d’aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l’ensemble des articles sur le site et l’application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l’application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d’archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l’offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.






jeuneafrique

A lire aussi

Laisser un commentaire