«2019 sera l’année du Digital chez LafargeHolcim»


Diplômé de l’ENS (Ecole Normale Supérieure) et de Sciences Po Paris, Emmanuel Rigaux a dirigé Lafarge Zambie et Lafarge Ciments Congo avant de prendre, il y a 2 ans et demie, les rênes de LafargeHolcim Maroc Afrique (LHMA) la joint-venture du groupe LafargeHolcim et du fonds marocainn Al Mada (anciennement SNI).

Nommé depuis le début de l’année à la tête département digital de LHMA dans la région Afrique et Moyen Orient, Emmanuel Rigaux revient pour Financial Afrik sur les implications que peut avoir les technologies du numérique sur un secteur industriel comme celui du ciment.


Quelle peut bien être la place du digital dans une industrie comme la vôtre ?

Pendant longtemps cette place était faible, pas
seulement chez LafargeHolcim mais dans l’industrie en général où le numérique était
considéré comme un gadget. La transformation engagée depuis 2 ans nous permet d’établir
qu’il s’agit d’un moyen pour nous non seulement de mieux servir nos clients,
d’être encore plus réactif mais aussi de proposer une offre qui est différente
de celle de tous nos concurrents.

En visitant nos clients, en particulier ceux les plus éloignés des agences bancaires ou de nos points de ventes, on se rend vite compte que le digital n’est pas du tout un gadget mais qu’il permet à nos clients, occupés jusqu’ici par toutes sortes de tâches administratives autour de leur commande, de se recentrer sur leurs propres clients. La Côte d’Ivoire représente à bien des égards le pays sur lequel nous voulons nous appuyer notamment en Afrique francophone pour accélérer notre transformation digitale compte tenu du lancement réussi d’E-Bélier et de la part très importante des paiements mobiles chez nos clients.


Vous estimez donc que le marché est suffisamment mâture pour s’approprier les innovations que vous pourriez apporter dans votre secteur ?

Quand vous regardez le taux de pénétration des smartphones, c’est l’Afrique qui a de loin le taux de croissance le plus élevé, autour de +96 % sur la période 2015-2020 selon les estimations. En fait, l’Afrique rattrape très largement l’Asie et l’Europe sachant qu’on a maintenant une couverture 3G/4G qui est quand même très importante et qu’en plus beaucoup des acteurs du monde de la construction n’ont que leur smartphone comme source d’information et de suivi..


Pouvez-vous nous parler d’autres expériences dans la zone Afrique Moyen Orient ?

Si on prend le domaine de l’application mobile pour
client, elle a été développée pour la première 
fois en Irak, il y a trois ans et ça été un vrai succès. On s’en est
inspiré en Côte d’Ivoire. Et ce qu’il est intéressant de noter c’est qu’en termes
de rapidité de progression, alors que cette application commerciale (eBélier) a
été lancée il y a 6 mois, on a déjà plus de 60% des commandes qui se font via cette
plateforme digitale.Cela, vous le voyez aussi en termes de paiements mobiles.

Je prends le cas d’un détaillant que j’ai rencontré A Bouaké. Ce dernier m’a expliqué qu’avec le paiement mobile, il n’est plus obligé de passer à la banque pour s’assurer que le virement a été fait. Et en plus, avec l’application eBélier, il peut passer sa commande, la suivre et gérer son stock directement avec son smartphone, de sorte qu’il a pu libérer 50 % du temps qu’il consacrait aux tâches administratives à autres choses notamment du conseil à ses propres clients.

On passe ainsi sur un modèle totalement différent. Le rôle du détaillant ce n’est plus une sorte de maillon administratif dans le dispositif qui passait énormément de temps dans la paperasse, mais c’est quelqu’un qui a une vraie connaissance du produit et qui est capable de conseiller son client. Avec notre réseau de franchises Binastore, nos détaillants ont en plus du ciment des produits tiers ; il devient  un spécialiste des matériaux de construction.


LafargeHolcim couvre une large zone en Afrique Moyen Orient vos innovations sont-elles spécifiques à chacune de ces régions ?

Absolument. Nous avons des projets digitaux lancés dans presque tous nos pays, dans tous les domaines, et je pense qu’aujourd’hui nous avons une longueur d’avance sur nos concurrents. Ici, en Côte d’ Ivoire, on a cité le cas l’eBélier. Au Maroc, on est très avancé sur la partie logistique. Un camion qui entre sur le site de l’usine, automatiquement avec la validation de son badge, nous savons le produit qu’il va charger, nous pouvons suivre son trajet au sein du site de production, et même optimiser son trajet pour qu’il ait le moins de temps possible à attendre. Le chauffeur sait combien de temps il va devoir attendre sur le site etc. Là, c’est quelque chose qui correspond à de grandes unités de production et chaque pays à son type d’initiative digitale qui correspond à son contexte propre. Il y a d’autres exemples typiques.

Chaque pays est libre de développer à partir d’une
base commune les fonctionnalités les plus adaptées à son marché. Pour nous
c’est une vraie évolution puisqu’en tant que groupe on avait tendance à mettre
en place des solutions uniformes dans chacun de nos pays.

Bien sûr, il y a des choses qu’on retrouve d’un pays sur l’autre et même une application comme eBélier, a besoin d’être à chaque fois adaptée au contexte local. Le nom ne sera pas le même, bien évidemment on trouvera quelque plus chose d’adapté au contexte.


La Vente en ligne se développe sur le continent et il y a notamment des sites comme Jumia qui proposent du ciment dans certains pays. Peut-on imaginer les produits LafargeHolcim en vente en ligne et optez-vous pour avoir votre propre Market Place ?

Nous sommes en pleine phase de réflexion sur ce
sujet. Il est très difficile de concurrencer les sites marchands qui ont un
niveau de volume et une notoriété très forte, on peut effectivement citer Jumia
ou encore Afrimarket. Ce n’est pas impossible mais cela pourrait se faire avec
notre réseau de détaillants pour développer des partenariats avec une Marketplace
déjà existante.



fianncieafrique

A lire aussi

Laisser un commentaire