Outré par les sextape d’Alsény Sacko, Thiégboro révèle : »C’est du porno pur… » | Africa Guinee


CONAKRY-Un « violeur en série » qui se fait passer pour un guérisseur de la stérilité des femmes a été interpelé par les services spéciaux. Ce pseudo thérapeute qui prétend soigner le fibrome a porté atteinte à la dignité de ses patientes. Alsény Sako couchait avec celles-ci et filmait la scène sur son téléphone.

Basé au quartier Hafia dans la commune Dixinn, ce faux tradi-praticien a fait de nombreuses victimes. Ses consultations varient de 600 000 francs guinéens à 3.000.000. Il administre des organes d’animaux dans les parties génitales des femmes ainsi que des décoctions après avoir fait des rapports sexuels filmés. Ses victimes sont sous le choc.

« C’est un violeur en séries. Quand il vient te voir, il te demande de te déshabiller après il t’insère un morceau de viande, mais avant, il te dit qu’il a besoin d’être mouillé avant d’extirper la maladie. C’est un violeur qui abuse de toutes ses clientes. On est  infecté, on est malade, on ne sait pas quel genre d’organes il infiltre sur nous. En plus, il couche avec tout le monde », témoigne cette victime d’Alsény Sako. Ce dernier avoue que ce sont des testicules de chèvre qu’il utilise pour soigner ses patientes.

Dans les faits, il introduit ces organes dans l’appareil génital de la femme, après il pousse le ventre de cette dernière. Ce qu’il a introduit sort. Alsény Sako fait croire à ses patientes qu’il a fait sortir le fibrome qui les empêche d’enfanter.

Le colonel Thiegboro, le directeur des services spéciaux parle du porno pur et simple. « Si vous regarder ces vidéos, vous comprendrez le danger de ce monsieur. Après avoir fait ce qu’il veut, il fait infiltrer des organes d’animaux, après il pousse le ventre, ce qu’il a introduit sort. Toute la scène est filmée. C’est du porno pur et simple. Il se fait filmer en train de faire du n’importe quoi avec les femmes d’autrui », confie le directeur des services spéciaux.

Africaguinee.com





africa guinee

A lire aussi

Laisser un commentaire