Francophonie : Les lauréates du concours de dictée « une écriture sans faute » primées à Kinshasa


À l’occasion de la journée internationale de la Francophonie célébrée ce 20 mars sous le thème « En français…s’il vous plaît », l’association congolaise des journalistes femmes de la presse écrite (ACOFEPE), a primé les lauréates ayant pris part au concours de dictée française dénommée « une écriture sans faute ». La cérémonie s’est déroulée dans la salle du spectacle du centre culturel Boboto (Gombe).

Les lauréates ont bénéficié des objets classiques, des jeux de société (scrabble) ainsi que de dictionnaire. Dans son mot de circonstance, Grâce Ngyke, présidente de cette structure est revenue sur le déroulement de ce concours depuis les préliminaires jusqu’à la remise des prix.

« L’ACOFEPE, avec l’appui de ses partenaires, a organisé du 04 au 18 mars 2019, dans 11 écoles de la ville province de Kinshasa, la 1ère édition du concours d’orthographe française intitulée : une écriture sans faute. L’objectif principal était de réconcilier les élèves avec l’usage de la langue française, les stimuler à la culture de la lecture pour l’amélioration de leur écriture ainsi que promouvoir le bon usage de la langue française chez les lycéennes. Outre la démonstration que l’orthographe et la syntaxe répondent à une certaine logique, il s’agit de convaincre les élèves que, sans le respect des règles orthographiques et grammaticales, ils ne parviendront pas à structurer leur pensée et communiquer avec autrui », a dit Grâce Ngyke.

ACOFEPE prône la valorisation du statut de la femme de la presse écrite, l’augmentation de la représentativité des femmes dans les organes de la presse écrite, et une bonne écriture.

Ces prix ont été remis à l’élève ayant réalisé moins de faute dans chaque école dans la catégorie des mérites. Cependant, les élèves n’ayant aucune faute ont été primés dans la catégorie de l’excellence. Il s’agit de Banzadio Salem du lycée les messagères, Masele Dialungana et Makondji Bénédicte du lycée Toyokana.

Interrogée sur le déroulement du concours, la lauréate Salem Banzadio se satisfaite.

« Le concours a été très bien préparé, nous avons été identifiés par des abréviations que nous ne maîtrisons pas, pour qu’il n’y ait des partis pris chez les correcteurs. Je suis très contente d’être primée première parce que je sais que je l’ai méritée, et je remercie l’ACOFEPE pour cette organisation », a-t-elle dit.

Cette cérémonie s’est déroulée en présence des notamment des ambassadeurs de la France, du Canada, du Cameroun et le consul de Suisse, de la représentante du centre Wallonie-Bruxelles, du délégué général de la Francophonie, du représentant de la mission Onusienne en RDC, des différents journalistes et des responsables des écoles ayant participé à ce concours.

Thérèse Ntumba

 

 

 

 

 



actualitecd

A lire aussi

Laisser un commentaire