Alpha Condé : « je suis d’accord avec Sékou Touré… » | Africa Guinee


CONAKRY-Distingué ce vendredi 22 mars par le titre honorifique ‘’Docteur Honoris Causa’’de l’université général Lansana Conté de Sonfonia, Alpha Condé a pris de nouveaux engagements vis-à-vis de ses compatriotes.

Rappelant le rôle des étudiants dans l’émancipation de leur nation, le chef de l’Etat guinéen, a invité cette couche à s’inspirer du combat de la FEANF (Fédération des Etudiants d’Afrique Noire de la France) dont il a été le président dans les années « 60 ». Dans son discours, le récipiendaire n’a pas dérogé à ses vielles habitudes : l’autocritique, les attaques voilées et…bien sûr les promesses.   

 « Je dois faire d’abord une première remarque, la Guinée est très en retard sur le domaine du genre. Sur 9 membres du jury il n’y a qu’une seule femme. Alors, il est important que nous nous battions afin que le genre soit effectivement une réalité en Guinée. Et cela ne peut se faire que si cela est affirmé dans ce qui notre part fondamentale. La Constitution doit protéger les personnes les plus vulnérables, des handicapés, les malades mais aussi le genre féminin. J’espère donc que l’université va montrer d’exemple. J’ai reçu beaucoup de distinctions d’Honoris Causa mais celui-là me touche de plus parce que c’est l’université guinéenne. Le mouvement étudiant est par nature un mouvement contestateur, c’est ça qui fait son originalité et sa force. Mais cette contestation doit être positive et constructive. Qu’est-ce qui a fait la particularité de la FEANF(Fédération des Etudiants d’Afrique Noire de la France) ? La FEANF a été créée par nos ainés à la sortie de la deuxième guerre mondiale avec deux préoccupations, l’indépendance de nos pays et l’unité africaine. Mais sa particularité c’est à la fois de défendre des intérêts des étudiants mais aussi d’être un syndicat corporatif révolutionnaire c’est-à-dire qui estimait que les revendications des étudiants ne peuvent être résolues que dans le cadre la résolution des problèmes de l’ensemble du pays. La liberté n’a pas de prix, je suis d’accord avec Sékou Touré quand il dit ‘’nous préférons la liberté  dans la dignité plus que la richesse dans l’esclavage’’. Nous voulons à la fois la liberté et le développement économique c’est-à-dire que le peuple de Guinée jouisse des tous ces avantages afin que ses enfants aient les meilleures conditions pour leur développement. Donc, si 1958, il nous a donné l’indépendance politique il restait maintenant obtenir l’indépendance économique. Après l’indépendance, la FEANF a estimé que les indépendances données à nos pays ne sont pas des véritables indépendances que c’est sortir par la porte et rentrer par la fenêtre. C’est là que la FEANF a engagé la bataille qu’on appelle désormais la lutte contre l’impérialisme dans toutes ses formes », a expliqué le Président guinéen avant d’ajouter qu’il n’a pas peur des contestations.

Le Président Alpha Condé a tenu à promettre à nouveau les étudiants de l’université de Sonfonia. Il s’est engagé à construire ce temple du savoir et à rénover les bâtiments existants.

« Vous avez une grande superficie, je vous donne la garantie que l’université sera construite et que ses bâtiments seront rénovés. Je prends l’engagement de venir de temps en temps dans les universités échanger avec les étudiants. Et je dirai aux professeurs qu’il n’y a pas de questions tabous. Laissez les gens poser les questions qu’ils veulent, laissez discuter, chahuter, cela ne me dérange pas parce que l’ai fait avant vous », a-t-il promis. 

A suivre…

 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 666 134 023





africa guinee

A lire aussi

Laisser un commentaire