Au sommaire de l’édition de mardi 26 mars 2019 du journal ’’Amakuru y’Iwacu’’ – IWACU


• La ministre de la Justice a annoncé la mise en liberté des 3 filles accusées d’avoir gribouillé sur la photo du président de la République. Aimée-Laurentine Kanyana annonce que le parquet général près la cour d’appel de Ngozi a pris la décision de libérer ces élèves. L’annonce a été faite hier lors d’une descente à la cour d’appel de Ntahangwa, en mairie de Bujumbura, nouvellement créée.

• La Commission vérité et réconciliation, indique que la date de la fin de réception des dossiers par la CNTB est fixée au 13 mars 2021. Passé ce délai tout dossier relatif au conflit foncier sera traité par les juridictions ordinaires. Le président de cette commission indique également 23.000 dossiers sont pendant la commission. Et les provinces de Makamba et de Rumonge comptent à eux seules 15.000 affaires.

• Une équipe comprenant des membres de la Plateforme de la Protection Civile et la Gestion des Catastrophes, des délégués de la mairie de Bujumbura, des agents de la croix rouge et des journalistes se sont rendus dans ce quartier Winterekwa, zone Gihosha, en mairie de Bujumbura ce mardi matin pour constater les dégâts suite à l’écroulement de certaines maisons. D’autres menacent de s’affaisser suite aux fissures apparues dans certains endroits.
Jean-Marie Sabushimike, expert en sciences environnementales et professeur à l’Université du Burundi fait savoir que ce phénomène mérite des études géomorphologiques pour prévenir et protéger la population.

Le directeur générale de la Police de la Protection Civile indique que l’urgence est de délocaliser les habitants de ce quartier pour prévenir les dégâts humains qui pourraient surgir.



burundinews

A lire aussi

Laisser un commentaire