Divers Economie


Recul du résultat net de Fenie Brossette

Le résultat net de Fenie Brossette a reculé à -52,9 millions de dirhams (MDH) en 2018, contre -25,2 MDH au titre de l’exercice précédent.
Selon un communiqué de Fenie Brossette, publié sur le site de la Bourse de Casablanca, des provisions significatives relatives au stock inactif des activités abandonnées ont été constatées impactant à la baisse le résultat d’exploitation qui s’est situé à -11,1 MDH.
Le résultat non courant de -30,7 MDH intègre, en effet, une provision de 31,1 MDH constituée par prudence et concernant le risque lié à certaines créances relatives aux activités abandonnées, ainsi que les charges non courantes relatives au dénouement du contrôle fiscal, a fait savoir la même source, notant que malgré l’abandon progressif de ses métiers à faible marge, Fenie Brossette a réalisé au terme de 2018, un chiffre d’affaires de 537 MDH, en diminution de 1% par rapport à 2017.
Ainsi, le résultat d’exploitation avant intérêts, impôts et amortissement (ETIBDA) s’est établi à 2,6 MDH contre 21,7 MDH en 2017, indique le communiqué, ajoutant que grâce aux efforts continus des dernières années en matière d’optimisation de son besoin en fonds de roulement, l’endettement net a baissé de 46 MDH entre 2017 et 2018 pour se situer à 120 MDH.

Stagnation de la croissance de la masse monétaire

Le rythme de progression de l’agrégat monétaire M3 est resté inchangé d’un mois à l’autre, en glissement annuel, à 4,5%, a indiqué, vendredi, Bank Al-Maghrib (BAM).
Par catégorie d’actifs monétaires, les dépôts à vue auprès des banques ont marqué un accroissement de 3,7%, la circulation fiduciaire a progressé de 7,9% et les titres d’organisme de placements collectif en valeurs mobilières (OPCVM) monétaires de 0,4%, précise BAM dans une note sur ses indicateurs clés des statistiques monétaires, février 2019.
En revanche, la croissance des comptes à terme a ralenti de 5,1 à 4,6%, tandis que celle des placements à vue est restée stable par rapport à janvier à 3,5%, relève la même source.
En contrepartie, le crédit bancaire a enregistré une hausse de 4,2% et les réserves internationales nettes ont vu leur baisse s’atténuer de 4,9 à 2,7%, alors que la progression des créances nettes sur l’administration centrale a décéléré de 17,1 à 14,2%, fait savoir BAM.
En glissement mensuel, l’agrégat M3 a enregistré en février une hausse de 0,3% à 1.309,4 milliards de dirhams (MMDH), fait ressortir la note, indiquant que cette évolution recouvre un accroissement de 0,7% du crédit bancaire et des baisses de 1,8% des créances nettes sur l’administration centrale et de 0,5% des réserves internationales nettes.






libe

A lire aussi

Laisser un commentaire