Disparition mystérieuse de 1,500 milliard de FCFA à BGFI Bank : Me Alfred Bongo Ondimba, détenteur du compte détude porte plainte


 

Libreville, 4 avril (Gabonactu.com) – Le Notaire Me Alfred Bongo Ondimba, détenteur du compte d’étude domicilié à BGFI Bank, débité de 1,500 milliard de FCFA sans justification aucune depuis 4 ans, a porté plainte par l’entremise de son conseil pour obtenir réparation.

L’annonce de cette plainte avec constitution de partie civile introduite jeudi auprès du juge d’instruction du tribunal de première instance de Libreville, a été faite dans une conférence de presse, par ses avocats, Anges Kevin Nzigou et Cédric Maguisset.

« Nous espérons que le juge fera diligence nécessaire pour que les responsables de ces opérations-là soient démasqué et que leur responsabilité soit engagée », a indiqué Me Nzigou.

Depuis 4 ans, Me Alfred Bongo Ondimba réclame à la société BGFI Bank Gabon la somme de 1, 500 milliards de FCFA. Il s’agit d’une coquette somme versée par une entreprise mauricienne dénommée : « Tropicale Holding ». L’argent crédité dans le compte de son étude (notaire) devait servir pour créer une société pour le compte de son client, comme l’exige le code HOADA. Seulement cet argent s’est volatilisé.

Plusieurs procédures ont été initiées en vain, à l’effet de recouvrer ladite somme. Une expertise a été commise également. Selon Me Maguisset, « le rapport d’expert indique clairement, sans peine aucune, que Me Alfred Bongo Ondimba a régulièrement tenu sa comptabilité ; fort de ce constat et à la suite de ce rapport, nous avons saisi à nouveau le juge de référer à l’effet d’obtenir les justificatifs au niveau de BGFI Bank, à la faveur de deux décisions du juge de référé, donc deux ordonnances, BGFI Bank malheureusement nous a laissés sur notre faim ».

« Comme vous, on est en droit de s’étonner comment 1,500 milliard de FCFA peuvent-ils être, soustraient d’un compte ? Les justificatifs que BGFI a apportés n’ont malheureusement pas trouvé grâce à ses yeux, c’est des explications assez incohérentes », a-t-il dénoncé.

Des négociations ont été menées par les plus hautes autorités dont les noms n’ont pas été déclinés, pour trouver une solution à l’amiable entre les deux parties. Depuis lors, BGFI Bank fait la sourde oreille, indique-on.

Sydney IVEMBI





gabonactu

A lire aussi

Laisser un commentaire