Lansana Gagny-Sakho « ce que nous attendons des Etats Généraux de l’Intelligence Economique Africaine


Le Sénégal accueille la
grand-messe de l’intelligence économique africaine du 29 au 30 avril 2019. En
prélude à ce rendez-vous continental, Financial Afrik a interrogé M. Lansana
Gagny SAKHO, le Représentant résident du Centre Africain de Veille et
d’Intelligence Economique (CAVIE) au Sénégal.


Financial Afrik : Quelques semaines après la réélection
du Président Macky SALL, le Sénégal accueille la grand-messe de l’intelligence
économique africaine. Une simple coïncidence ou un hasard de calendrier ?


Hasard de
calendrier oui, mais coïncidence heureuse des dates Son Excellence le Président
Macky SALL a engagé depuis 2012 une politique volontariste de transformation
structurelle de l’économie sénégalaise. Cette ‘messe’ justement serait une
opportunité pour poser les jalons qui permettront d’accompagner ce processus.


Financial Afrik : Qui attendez-vous aux Etats
Généraux de l’Intelligence Economique (EGIEA) et pourquoi c’est un
rendez-vous essentiel pour les entreprises sénégalaises ?


Ce
rendez est important pas seulement pour les entreprises sénégalaises mais pour
toutes les entreprises africaines en général. 
Ce que nous attendons de ces Etats Généraux c’est essentiellement une
prise de conscience par toutes les parties prenantes de l’importance de
l’intelligence Économique. Le continent ne peut pas ‘vivre en vase clos’. Pour se conformer à la mondialisation et tirer profil des
marchés du nord les entreprises africaines doivent intégrer dans leurs
démarches les outils et actions de l’intelligence économique. L’objectif
d’acquérir une capacité d’absorption qui réside dans leur aptitude à identifier,
assimiler et à exploiter des connaissances provenant de son environnement.
Cette capacité d’absorption peut mettre en évidence l’existence d’un
besoin nouveau et permet donc de s’assurer de l’existence d’un marché pour la
future innovation. L’intelligence économique favorise le succès d’un processus
d’innovation par le développement des réseaux inter firmes pour la production
de nouvelles ressources sur lesquelles elles devraient se positionner

Cette politique doit cependant être accompagnée par une forte
volonté politique des États africains doublée d’une approche globale à
l’échelle du continent pour donner les résultats escomptés.


Quel peut être l’apport de l’intelligence économique
dans le succès du Plan Sénégal Emergent (PSE) ?


Le Sénégal a décidé d’adopter un nouveau modèle de développement pour
accélérer sa marche vers l’émergence. Cette stratégie, dénommée Plan Sénégal
Émergent (PSE), constitue le référentiel de la politique économique et sociale
sur le moyen et le long terme.

L’ambition de l’Etat
du Sénégal est de favoriser une croissance économique à fort impact sur le
développement humain. Pour ce faire, il s’agira de consolider les acquis,
notamment en matière de gouvernance démocratique, et de recentrer les priorités
dans la perspective de garantir durablement la stabilité économique, politique
et sociale. La réalisation de cette ambition repose sur la mise en œuvre d’un important
programme d’investissements dans les secteurs porteurs, à même d’impulser une
dynamique de croissance forte et soutenue.

Les données
scientifiques, techniques, technologiques, technico-économiques, évoluent sans
cesse. Il faut, donc, les mécanismes nécessaires pour surveiller les tendances,
déceler les indices de changement, identifier les synergies possibles, anticiper
pour accompagner le PSE dont la mise en œuvre va s’accélérer avec le second
mandat de son Excellence le Président Macky SALL. C’est ce niveau que se situe
l’apport de l’intelligence économique dans le cadre de l’opérationnalisation
PSE. La formation et la certification d’experts sénégalais sera un atout non
négligeable dans cette dynamique.


Financial Afrik : VIMA III arrive à Dakar après
Ouagadougou, Paris, Douala, Tunis et Yaoundé, avec à son actif plus d’une
centaine de cadres certifiés. Pourquoi cette formation intensive est
essentielle pour les entreprises du Sénégal ?


L’Afrique ne s’en
sortira que si nos entreprises s’engagent dans un processus de développement de
leurs forces motrices, lesquelles se déplacent vers la maîtrise de l’information
qui pourrait participer au succès d’une innovation. L’intégration d’un système
d’intelligence économique en leur sein permettra de s’assurer de l’existence
d’un marché pour la future innovation dans le contexte de la mondialisation qui
requiert la mise en place d’un système d’information efficace pour bien
connaître les contraintes actuelles de l’environnement mondial.

La certification des cadres africains est un
excellent levier pour accompagner les entreprises et les institutions
africaines dans leur démarche de mise à niveau portant sur la mise en place
d’une stratégie globale d’intelligence économique.



fianncieafrique

A lire aussi

Laisser un commentaire