Réformes des bourses : le gouvernement recule mais n’abdique pas


Des élèves en colère réfugies dans une église pour échapper à la police © VOA

Libreville, 17 avril (Gabonactu.com) – Le ministre de l’Education nationale, Michel Menga M’Essone qui a dit écouté la pression de la rue a annoncé mardi dans la nuit que la mesure sur les nouvelles conditions d’attribution des bourses d’études aux nouveaux bacheliers ne sera pas applicable cette année en précisant qu’un groupe de travail multipartite sera mis en place pour réfléchir sur l’application progressive de cette mesure.

« Cette mesure ne sera pas applicable cette année », a tranché le ministre venu lire son communiqué en direct sur le plateau de Gabon 1ère (télévision d’Etat) affirmant qu’il s’agit des conclusions de la première partie des discussions menées sur cette reforme querellée.

« Le gouvernement annonce la reprise des cours le jeudi 18 avril 2019 sur toute l’étendue du territoire national aux heures habituelles », a ajouté le ministre.

Avertissement du ministre : « un groupe de travail multipartite (…) aura pour mission de mener une réflexion inclusive sur l’élaboration des modalités d’application progressive de cette réforme ».

Voilà qui est dit ! Le gouvernement n’a donc pas abdiqué. Les élèves de terminal n’ont pas le droit d’échouer cette année pour échapper à cet épée de Damoclès qui selon le gouvernement a pour but de promouvoir l’excellence, le mérite et l’employabilité des jeunes.

A rebours de ce calcul gouvernemental, l’on se rappelle que l’annonce du durcissement des conditions d’attribution des bourses d’études aux nouveaux bacheliers a fait descendre massivement et à la surprise générale les élèves des collèges et lycées du Gabon dans la rue. Les manifestations avaient pris un tel ampleur que le gouvernement a décidé de suspendre les cours dans tout le pays depuis le 10 avril dernier. Depuis cette date, les écoles, collèges et lycées du pays sont fermés. Les élèves bloqués dans les maisons.

Les principales conditions à l’origine de cette crise sont la limitation de l’âge à 19 ans pour prétendre obtenir une bourse d’études à l’université. L’élève doit en plus obtenir une moyenne de 12/20 au baccalauréat. Outre les élèves, les syndicats et les partis politiques ont dénoncé cette réforme.

Carl Nsitou





gabonactu

A lire aussi

Laisser un commentaire