Journée nationale de la femme: Sylvia Bongo appelle à une législation coercitive contre les auteurs des violences faites aux femmes


La première dame Sylvia Bongo Ondimba durant son allocution après la marche le 17 avril à Libreville ©  Gabonactu.com

Libreville, 17 avril (Gabonactu.com) – La première dame Sylvia Bongo Ondimba a appelé mercredi, à l’occasion de la célébration jumelée à Libreville de la journée nationale et internationale de la femme, le président de l’Assemblée nationale, Faustin Boukoubi, a adopté des lois plus coercitives contre les autres des violences faites aux femmes.

« Monsieur le président, il est temps que le parlement sorte des infractions générales en mettant en place une législation spécifique, répressive avec des circonstances aggravantes concernant les violences faites aux femmes pour dissuader les auteurs de ces barbaries », a proposé Mme Bongo Ondimba, qui a remis un mémorandum au président de l’Assemblée nationale en guise de plaidoyer.

La première dame et ses sœurs compatriotes démarrant la marche © Gabonactu.com

Bien avant ce plaidoyer, la première dame et des milliers d’autres femmes, cadres de l’administration et leaders de la société civile ont marché sur le Boulevard Triomphal Omar Bongo. Elles sont parties du Rond-point dit de la « Démocratie », jusqu’à l’Assemblée Nationale (2km) pour dire non contre les violences faites aux femmes.

Selon une enquête certifiée par le Fonds des Nations pour la population UNFPA, datant de 2016 concernant les violences sur les genres, 58% des femmes font l’objet des violences physiques. 71% de ces cas découlent des violences s’exerçant principalement dans les foyers. Celles-ci découlent de la consommation abusive des alcools imputable aux conjoints, indique-t-on.

Sydney IVEMBI





gabonactu

A lire aussi

Laisser un commentaire