Une chroniqueuse guinéenne fait le buzz sur les réseaux… | Africa Guinee


Tout a commencé par la création d’une page Facebook pour raconter le quotidien de l’héroïne de son histoire. Mais la chroniqueuse ne s’attendait pas à ce que l’histoire de Nènè Aïssatou, (c’est le nom de son héroïne) fasse autant de succès auprès des jeunes qui d’habitude n’aiment pas lire les posts sur Facebook lorsque ceux-ci dépassent plus de dix lignes.

Tenez-vous, sa première histoire a été publiée il y’a juste deux (2) mois et à date elle est à :

25.491 abonnés ;

La portée de ses publications a près de 470.000 vues

Le nombre de personnes qui aiment ses publications 25.0570

Les interactions avec les publications 363.000

La chroniqueuse parle de faits de société qui touchent les jeunes filles guinéennes à travers le quotidien d’une jeune fille orpheline. Elle parle de l’enfance de cette dernière avec une marâtre peu aimante, sa vie de couple avec son nouveau mari. Si vous commencez à lire l’histoire vous n’allez pas vous arrêter. Ci-dessous un commentaire d’une lectrice de la chroniqueuse…

« Il y’a belle lurette que je ne lisais pas mais hier, je suis tombée sur cette belle histoire de Néné Aïssatou et figurez-vous que j’ai lu tous les chapitres en une soirée et là je suis impatiente de lire la suite. …. »

Le succès de la chroniqueuse tient du fait que les jeunes filles et garçons s’intéressent à la vie de l’héroïne car ils se retrouvent parmi les personnages de l’histoire. L’histoire est surtout intéressante du fait que tout au long de l’histoire, la chroniqueuse à travers son récit donne des conseils aux jeunes sur les faits de sociétés comme la religion, les études, le respect des parents, l’honnêteté….

Le style de rédaction de la chroniqueuse explique également son succès, elle a un style de rédaction qui la rapproche encore plus de ses lecteurs. A lire les commentaires de ceux-ci, l’histoire de Néné Aïssatou apporte la joie aux jeunes et surtout les redonne goût à la lecture.

Pour se protéger du plagiat par rapport à certaines personnes qui ont essayé de créer ces derniers temps la même chronique en utilisant son histoire, la chroniqueuse vient d’avoir le droit d’auteur avec copyright France. Elle se prépare à publier son livre sous format E-book.

Pour le moment personne ne sait qui qui se cache derrière cette chronique.  Notre chroniqueuse préfère garder l’anonymat….

En attendant, visiter la page de la chroniqueuse en tapant sur votre moteur de recherche « Chronique d’une Guinéenne », vous aurez l’image ci dessous en background. Vous ne serez pas déçus d’être sur la page …

Bonne lecture.





africa guinee

A lire aussi

Laisser un commentaire