en France, le plasticien ghanéen El Anatsui crée de l’or avec des déchets


El Anatsui, artiste né au Ghana. © Bebeto Matthews/AP/SIPA


Le plasticien ghanéen El Anatsui s’est pris d’affection pour le domaine du château de Chaumont-sur-Loire, en France, où il a déjà réalisé trois œuvres XXL, qui interrogent notamment sur la surconsommation et la pollution due à l’homme.


C’est l’un des artistes les plus cotés d’Afrique. Le 2 avril, l’une de ses tapisseries, réalisée à partir de bouchons recyclés, a encore été adjugée 1,3 million d’euros chez Sotheby’s Londres. Pourtant, en dehors de quelques lieux au Nigeria (l’université de Nsukka, l’Asele Institute de Nimo…), aucune institution ne présente le travail d’El Anatsui sur le continent. Le Ghanéen a bien pour projet d’ouvrir d’ici à deux ans un musée à Tema, petite ville à 25 km à l’est d’Accra, mais d’ici là, pour voir ses œuvres, le plus simple reste de se rendre à New York, Londres, Berlin… ou au domaine français de Chaumont-sur-Loire, qui réunit pas moins de trois de ses installations monumentales.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n’êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Besoin d’aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l’ensemble des articles sur le site et l’application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l’application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d’archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l’offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.






jeuneafrique

A lire aussi

Laisser un commentaire