[Tribune] Julian Assange ou l’extradition de la liberté


Par
Julie Owono

Avocate camerounaise, directrice exécutive d’Internet sans frontières.


Un manifestant porte une photo du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, à Lisbonne le jeudi 25 avril 2019. © Armando Franca/AP/SIPA


Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange, arrêté à la mi-avril par la police britannique dans l’ambassade d’Équateur à Londres, n’a fait que divulguer des informations d’utilité publique, selon l’avocate camerounaise Julie Owono.


L’arrestation de Julian Assange, à la mi-avril, a fait l’effet d’une douche froide auprès des défenseurs de la liberté de la presse et de l’internet libre. Après avoir passé presque sept ans reclus à l’ambassade d’Équateur à Londres, le lanceur d’alerte et journaliste a été lâché par les autorités de ce pays, au mépris de toutes les règles du droit international et de la nécessaire protection des libertés publiques. Cette interpellation est inquiétante.

Elle est aussi révélatrice de notre entrée dans une ère transitoire : celle où la technologie contribuera soit au renforcement de la démocratie, soit à sa mort. Pour comprendre ce qui se joue, petit retour sur les faits d’armes du cybermilitant.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n’êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Besoin d’aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l’ensemble des articles sur le site et l’application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l’application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d’archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l’offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.









jeuneafrique

A lire aussi

Laisser un commentaire