Gabon : Cyr Laurent Antchouey, le pionner journaliste qui a bravé l’oppression coloniale française


Le journaliste  à la retraite, Samson Ebang Nkili durant son exposé le 2 mai à Libreville ©  Gabonactu.com 

Libreville, 2 mai (Gabonactu.com) – Le chevronné journaliste  à la retraite, Samson Ebang Nkili a présenté jeudi dans une conférence débat consacré à la célébration de la 26ème  journée   mondiale de la liberté de la presse au Gabon, le pionner du journalisme gabonais, Cyr Laurent Antchouey 1922) comme étant ce confrère qui a bravé l’oppression coloniale française de par ses écrits dans son journal, « l’Echos gabonais », édité à l’époque à Dakar au Sénégal.  

« Dans son journal ‘’l’Echo gabonais’,  ses écrits étaient contre la colonisation », a témoigné M. Ebang Nkili durant la conférence débat qu’il a animé jeudi dans l’enceinte de l’Agence gabonais  de presse (AGP), située à Akanda, au nord de Libreville.

La conférence débat a eu lieu en présence du ministre de la communication, Guy Maixent Mamiaka et le représentant du système des Nations Unies  Stephen Jackson © Gabonactu.com

Le journal l’Echo gabonais fut suspendu 2 ans plus tard  pour sa ligne éditoriale très critique  contre le pouvoir colonial français de l’époque. Il sera relayé contre vents et marrées  4 ans après  à Nice en France sous un autre titre « la voix coloniale ».

Contextualisant la presse dans le climat politique et social actuels, le journalise averti estime que la presse gabonaise n’était pas véritablement bâillonnée mais qu’elle est à la solde du pouvoir. Un avis nuancé sur la presse privée qu’il dit essaie cahin caha   de sortir de cet embrigadement.

Samson Ebang Nkili  a fait 32 ans de loyaux services. Il a travaillé à l’AGP et au  journal pro-gouvernemental « l’Union » avec plusieurs séjours dans les rédactions occidentales.

Les activités de la 26ème journée mondiale de la liberté de la presse qui se poursuivent vendredi sont organisées sous thème : «  les médias pour la démocratie : journalisme et élections en temps de désinformation ».

Sydney IVEMBI





gabonactu

A lire aussi

Laisser un commentaire