Denise Mekamne déverse sa colère sur les responsables des hôpitaux publics


Denise Mekamne, ministre de la Santé © Archives Gabonactu.com

Libreville, 6 mai (Gabonactu.com) – La ministre de la Santé, Denise Mekamne a déversé lundi sa colère sur les responsables des hôpitaux publics devenus des lieux des rackets sur les patients et des vaches à lait pour les personnels notamment les médecins.

 

« Nous constatons dans les structures sanitaires que le travail ne se fait plus correctement », a vomi la ministre s’adressant aux patrons des structures sanitaires du pays qu’elle a réuni au Centre hospitalier et universitaire d’Owendo (CHUO) pour une rencontre de mise au point sur les nombreux dysfonctionnements constatés dans le secteur public.

« Les patients sont rackettés dans les bureaux », a dénoncé la ministre qui parlait, sans gants, devant des journalistes caméras au point et micros ouverts.

« Nous constatons dans nos hôpitaux que les services de chirurgie ne fonctionnent plus », a-t-elle cogné en regardant ses administrés tous médusés.

« Les chirurgiens à Libreville vont faire leurs prestations au privé mais viennent réclamer les quotes-parts au ministère de la santé », a-t-elle martelé espérant percer un abcès déjà trop mature.

La Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS) et ses dirigeants ne sont pas passés à côté de ce savonnage.

« La CNAMGS de son côté s’illustre dans une communication désordonnée », a-t-elle lâché. « Nous avons tous entendu le responsable de la communication de la CNAMGS dire que la dette de la CNAMGS auprès des hôpitaux a été payée à plus de 85% or nous savons que cela n’est pas exact », a-t-elle déploré devant son auditoire terrorisé d’écouter un tel discours sans langue de bois.

A propos de cette assurance maladie universelle au Gabon, Denise Mekamne a suggéré de mettre entre parenthèses la dette de 2018 et de donner la priorité à celle de 2019 pour repartir sur des nouvelles bases.

La ministre de la Santé a sommé la direction générale de la CNAMGS de faire un nouveau point sur la situation de sa dette auprès des hôpitaux. Une 2ème réunion est prévue dans 3 jours dans l’espoir de décanter la situation actuelle qui pénalise les assurés de la CNAMGS. Depuis plus de deux semaines, en effet, les hôpitaux et centres de santé du secteur public refoulent les assurés de la CNAMGS dont la dette auprès de ces structures s’élèverait à plusieurs milliards de FCFA.

« Nous sommes tristes de ne pas prendre en charge ces patients mais c’est pour que demain soit meilleur qu’aujourd’hui », a déclaré Serge Mickala Moundanga, président du Syndicat national des personnels de santé (SYNAPS) présent à la réunion de clarification.

Carl Nsitou





gabonactu

A lire aussi

Laisser un commentaire