Nouvel attentat contre une église catholique au Burkina Faso : six morts


@Sebastien Cailleux

Pour la seconde fois en quinze jours, une attaque contre une église à fait au moins 6 morts ce dimanche dans le nord du Burkina Faso

Un groupe d’une vingtaine d’assaillants armés a tué un prêtre et cinq fidèles dimanche dans la ville de Dablo, dans le nord-est de ce pays d’Afrique de l’Ouest à environ 124 kilomètres de la capitale du Burkina-Faso, Ouagadougou. Les assaillants ont également incendié l’église elle-même ainsi que plusieurs bâtiments locaux, notamment un centre médical.

C’est la troisième attaque de ce type au cours des dernières semaines. En avril, les centres religieux de Dori, quatre morts, et de Silgadji ou 5 fidèles et le Pasteur avaient été assassinés, deux autres villes du nord du pays, avaient été pris pour cibles.

Les fidèles quittaient l’église vers 9 heures, heure locale, dans la ville de Dablo, quand environ 20 hommes les ont encerclés et ont ouvert le feu, faisant au moins six morts, précise un communiqué du gouvernement qui ajoute que « Ces groupes terroristes attaquent maintenant la religion dans le but macabre de nous diviser« .

Le maire de Dablo a déclaré que les assaillants avaient incendié l’église, pillé une pharmacie et quelques autres magasins, puis étaient partis. Un porte-parole du gouvernement a déclaré que les hommes armés avaient également détruit tous les lieux servant de l’alcool.

Les attaques récentes dans le pays n’ont pas été revendiquées mais ont été imputées à des groupes alliés à la fois à l’Etat islamique et à Al-Qaïda. Selon le Centre pour les études stratégiques pour l’Afrique, alors qu’il n’y avait que 29 attaques de groupes extrémistes en 2017, il y en a eut 137 en 2018.

L’attaque à Dablo intervient deux jours à peine après le sauvetage d’une mission des forces spéciales françaises par quatre otages – deux français, un sud-coréen et un américain – dans le nord du Burkina Faso ou deux soldats français ont été tués dans l’opération. Cinq enseignants auraient aussi été tués vendredi dernier.

Le Burkina Faso, en Afrique de l’Ouest, a une culture de tolérance religieuse et historiquement la minorité chrétienne, qui représente environ 20% de la population, a toujours été acceptée pacifiquement. Les violences de dimanche ont eu lieu non loin de la frontière instable avec le Mali. Les groupes basés dans le pays voisin cherchent à étendre leur influence sur le Sahel, la garrigue aride au sud du Sahara.

La France a plus de 4 000 soldats dans la région. Les États-Unis ont également une présence antiterroriste.



Afrik

A lire aussi

Laisser un commentaire