Au sommaire de l’édition de ce lundi 13 mai 2019 – IWACU


• Lundi 13 mai, 4 ans jour pour jour après la tentative de coup d’Etat contre le président Pierre Nkurunziza. Pour le secrétaire général du parti, Evariste Ndayishimiye, l’échec du coup d’Etat du 13 mai traduit la consolidation de l’unité et de la paix parmi les Burundais, l’opposition ferme de ceux-ci à tout pouvoir issu de la force et de plus, qu’ils ont montré l’autorité qu’ils veulent. Quand il est rentré, a-t-il souligné, les cœurs des Burundais se sont apaisés.

• Certains opposants au pouvoir de Bujumbura appelle le médiateur dans la crise burundaise, le président ougandais Yoweri Museveni, à convoquer la 6ème session du dialogue inter burundais. Cette demande intervient trois mois après la 5ème session tenue à Ngurdoto dans la ville d’Arusha en Tanzanie en l’absence du gouvernement burundais. Pour Tatien Sibomana, l’un de ces politiciens, le dialogue doit se poursuivre sans quoi la médiation devra soit avouer l’échec soit reconnaître que les pourparlers ont pris fin. Cela leur permettra de penser aux stratégies.

• Le président du parti CNL en province Rumonge s’inscrit en faux contre l’arrestation du responsable de ce parti en commune Bugarama de cette province. Excepté ce dernier, il évoque que d’autres membres de cette formation seraient emprisonnés depuis vendredi dernier. Le député Obède Ntakiyirora de la coalition Amizero y’Abarundi, dénonce la persécution des membres de leur parti car, explique-t-il, l’absence des organes du parti au niveau collinaire n’est plus un prétexte.



burundinews

A lire aussi

Laisser un commentaire