Divers


Drogue

L’enquête et les opérations de fouille menées par la Brigade de la police judiciaire de Nador suite à l’arrestation, dimanche, d’un individu en flagrant délit de possession de 12.750 psychotropes, ont permis l’interpellation de six autres personnes à Nador et Oujda soupçonnées d’être impliquées de manière directe dans cette affaire.
Ces opérations se sont soldées également par la saisie d’une quantité supplémentaire de psychotropes qui a atteint 14.800 comprimés, outre 11 kg de cannabis et de cinq véhicules utilisés dans le trafic de stupéfiants , indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué.
Ainsi, la quantité globale de psychotropes saisies s’élève à 27.550 comprimés, précise la même source, notant que les mis en cause ont été interpellés au niveau de la région d’Oulad Taieb près de Nador et à Oujda, alors que les psychotropes et les drogues ont été saisis dans la région de Boukhalef, et ce en coordination avec la préfecture de police de Tanger.
Ces interpellations s’inscrivent dans le cadre de l’enquête menée par les services de la police judiciaire de Nador, Tanger et Oujda, en coordination avec les services de la Direction générale de la surveillance du territoire, et ce suite à l’arrestation d’un individu à Driouch en possession de psychotropes et de cocaïne, poursuit le communiqué.

Enquête

La brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) a ouvert, samedi soir, une enquête judiciaire sous la supervision du parquet compétent au sujet des manquements aux obligations professionnelles et des actes criminels présumés attribués à des fonctionnaires de police chargés d’escorter un ressortissant étranger, objet d’une procédure d’extradition.
Selon un communiqué de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), des éléments de la police relevant de la Sûreté provinciale de Salé, chargés d’escorter le ressortissant étranger de l’établissement pénitentiaire Al Arjat vers l’aéroport de Marrakech-Ménara, lieu de l’extradition, sont soupçonnés de manquements professionnels graves.
Ces fonctionnaires sont soupçonnés d’avoir facilité le contact direct entre le ressortissant étranger et six de ses amis lors du voyage de Salé à l’aéroport de Marrakech, ajoute la même source, précisant que les policiers, ayant commis de tels manquements professionnels graves, ont reçu en contrepartie une somme d’argent.
L’enquête, menée par la BNPJ, concerne l’ensemble des fonctionnaires de police chargés de l’escorte, les six citoyens scandinaves, cinq d’origine marocaine et un d’origine irakienne, ayant corrompu les policiers pour les aider à communiquer directement avec le ressortissant étranger objet de la procédure d’extradition, ainsi que toute personne impliquée dans ces actes criminels, ajoute la DGSN.






libe

A lire aussi

Laisser un commentaire