le septième art africain se fera-t-il une place dans le palmarès ?


Mame Bienta Sane, l’une des actrices d’Atlantique, le film de Mati Diop en lice pour la Palme d’Or à Cannes. © AD VITAM DISTRIBUTION


Le septième art africain sera bien présent sur la Croisette, du 14 au 25 mai. Et pourrait même figurer au palmarès.


Une bonne dizaine de films réalisés par des auteurs d’origine africaine ou tournés sur le continent seront projetés cette année à Cannes. Jamais sans doute l’Afrique, et en particulier le Maghreb, n’a été aussi bien représentée dans le plus grand festival de cinéma du monde, qui se déroulera du 14 au 25 mai. D’autant que ces œuvres, le plus souvent des premiers longs-métrages, semblent pouvoir surprendre, voire faire l’événement.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n’êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Besoin d’aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l’ensemble des articles sur le site et l’application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l’application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d’archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l’offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.






jeuneafrique

A lire aussi

Laisser un commentaire