France-Rwanda : d’anciens ministres de Mitterrand sonnent la charge contre Raphaël Glucksmann


En pleine campagne pour les européennes, d’anciens
ministres de François Mitterrand ont saisi le patron du Parti socialiste
pour réclamer des sanctions à l’encontre de Raphäel Glucksmann, qui
conduit une liste estampillée PS. En cause, ses critiques à l’égard de
l’ancien président français, qu’il accuse d’avoir « porté de la manière
la plus abjecte la politique de la France au Rwanda ».

À dix jours des élections européennes, qui se tiennent le 26 mai, le génocide des Batutsi du Rwanda, dont on commémore depuis le 7 avril le 25e anniversaire, s’est invité dans la campagne. Et plus précisément au sein du Parti socialiste, au sein duquel la politique de François Mitterrand au Rwanda fait toujours l’objet de nombreuses crispations.

Dans un courrier adressé le 9 mai au premier secrétaire du
Parti socialiste, Olivier Faure, plusieurs anciens ministres socialistes
de l’ère Mitterrand dénoncent les prises de positions de Raphaël
Glucksmann, tête de liste PS et Place Publique (son mouvement politique)
pour les élections européennes, qui déclarait, en janvier dans une
interview accordée au Monde, que « François Mitterrand a porté de la manière la plus radicale et la plus abjecte la politique de la France au Rwanda ».

Hubert Védrine et Paul Quilès à la manœuvre

Parmi les signataires, Hubert Védrine, ex-secrétaire général de l’Élysée sous François Mitterrand et président de l’Institut François Mitterrand qui abrite les documents relatifs à la présidence de ce dernier,
Roland Dumas, ancien ministre des Affaires étrangère (1988-1993), ou
encore Paul Quilès, qui a présidé en 1998 la mission d’information
parlementaire chargée d’examiner le rôle de la France au Rwanda, avant,
pendant et après le génocide. Ce courrier, révélé par Le Figaro et le Canard Enchaîné, fait
suite à une première missive datée du 12 avril, initiée cette fois par
Paul Quilès et Hubert Védrine, un des plus ardents défenseurs de la
politique de François Mitterrand au Rwanda.

La lettre des anciens ministres rappelle un autre épisode qui s’est
déroulé en marge d’un meeting le 6 avril à Toulouse. L’essayiste
français, répondait alors à la circonspection de certains membres du PS,
surpris de ne pas l’avoir entendu mentionner François Mitterrand parmi
les principaux inspirateurs du PS. Glucksmann aurait, selon la lettre,
motivé cet oubli en accusant François Mitterrand d’être « complice du
génocide au Rwanda ». Sans se désavouer, il a également affirmé début
mai que « la France a armé, soutenu financièrement et politiquement les
génocidaires ».

« Comment peut-on porter un tel jugement, alors que la France a été
(…) le seul pays, dès le feu vert donné par l’ONU, à mener une opération
humanitaire en 1994, pendant le génocide, pour sauve des vies, pendant
que le monde entier restait indifférent ? », s’insurgent les anciens
ministres français, en référence à l’opération Turquoise dont les
motivations sont toujours au cœur d’une importante controverse
aujourd’hui.

Si la politique française au Rwanda « peut être critiquée », estime
les anciens ministres « rien, absolument rien, ne peut justifier les
accusations de ‘complicité de génocide’ relayées par Raphaël Glucksmann,
alors qu’il s’exprime aujourd’hui au nom des socialistes »,
poursuivent-ils demandant à Olivier Faure « de convaincre Raphaël
Glucksmann de retirer ses insultes et accusations infondées envers
François Mitterrand », et « en cas de refus » qu’il « trouve les formes
appropriées pour désavouer ses propos ».

Les tiraillements au PS sur le rôle de la France au Rwanda

L’engagement de Raphaël Glucksmann sur la question du génocide de Batutsi du Rwanda n’est pourtant pas nouveau puisqu’il est, aux côtés de David Hazan et Pierre Mezerette, un des réalisateurs du documentaire Tuez-les tous qui, en 2004, remettait déjà en cause le rôle obscur de la France de François Mitterrand. Une position qu’il a depuis maintenu, n’hésitant pas à remettre en cause le rôle de certains personnages clés de l’époque comme Hubert Védrine.

Une commission d’historiens, mise en place le 5 avril par Emmanuel Macron et chargée d’étudier les archives relatives à la période 1990-1994, doit désormais faire la lumière sur la politique française sur cette période.

Le rapport du Parti socialiste français avec cette partie de son
histoire donne régulièrement lieu à des tiraillements internes. Peu
avant le début des commémorations où Emmanuel Macron avait été invité à
se rendre avant de se faire représenter par le député Hervé Berville, le
premier secrétaire du PS avait refusé d’apposer sa signature au bas
d’une lettre ouverte publiée dans plusieurs quotidien dont Le Monde. Le texte enjoignait le président français à « tenir un discours de vérité » sur le rôle de la France dans le génocide des Tutsi.

Dans un courrier électronique adressé le 15 mars à l’un des instigateurs de cette tribune, Benjamin Abtan, président d’EGAM et ancien conseiller de Bernard Kouchner, que Jeune Afrique a pu consulter, le patron des socialistes avait motivé ce refus expliquant d’entrée que « la position du PS sur le génocide contre le Batutsi Rwandais n’a jamais fait l’unanimité quant à la manière de traiter la question des responsabilités. »

15 mai 2019 à 15h10 | Par Romain Gras

Posté 16/05/2019 par rwandaises.com



rwandaactu

A lire aussi

Laisser un commentaire