« Grace l’intrépide », dans l’enfer des prostitués nigérianes à Paris


Ces trois dernières années, le trafic a explosé : les Nigérianes forcées à la prostitution en Italie étaient 433 en 2013, 5 653 en 2015, 5 399 en 2017, selon l’OIM (image d’illustration). © Stefano Lorusso Salvatore Pour Jeune Afrique


Après des années d’enquête, l’écrivaine française Karine Miermont livre avec « Grace l’intrépide » un roman brut et sensible sur les prostituées nigérianes à Paris.


Nul n’ignore leur va-et-vient le long de la Dark Road, dans le bois de Vincennes, aux portes de Paris. Mais que savons-nous vraiment d’elles ? La question frappe Karine Miermont lors d’une rencontre au Salon du livre d’Asnières, où elle présente son premier roman, L’Année du chat. Une femme qui a accompagné durant trois années éprouvantes des prostituées nigérianes dans la capitale française se confie à elle. « J’habite dans le XIIe arrondissement, tout près du bois, explique l’écrivaine. Et mon ignorance par rapport à ce qu’elle me racontait, à ce qu’il s’y passait, m’a sidérée. »

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n’êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Besoin d’aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l’ensemble des articles sur le site et l’application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l’application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d’archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l’offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.






jeuneafrique

A lire aussi

Laisser un commentaire