La maladie d’Ali Bongo est un prétexte d’une meute d’affairistes au sommet de l’Etat pour piller les fonds publics (Marcel Libama)


L’opposant Marcel Libama durant sa conférence de presse le 19 mai à Libreville ©  Gabonactu.com

Libreville, 21 mai (Gabonactu.com) – Le syndicaliste et militant de l’Union national (UN, opposition radicale),  Marcel Libama, a dénoncé  le week-end écoulé dans une conférence de presse,  le pillage bien ourdi au sommet de l’Etat par les proches collaborateurs du Président Ali Bongo Ondimba lesquels, dit-il, profitent de son état de santé fébrile.

 

« La maladie d’Ali Bongo est un prétexte d’une meute d’affairistes au sommet de l’Etat pour piller les fonds publics », a fustigé M. Libama, indiquant par la suite ces agissements ont pour but de « supplanter le Roi dans ses missions, en s’appropriant, au prétexte d’agir au nom du Prince, tous les principaux leviers de décisions ».

 

L’opposant qui n’a pas de langue de bois a par ailleurs dénoncé les agendas cachés de ces personnes placées au cœur du pouvoir. Pour lui, ces initiatives « folkloriques », de réformes de l’Etat, « toutes controversées », sont au cœur de crises perlées dans tous les secteurs du tissu social, et témoigneraient à plus d’un titre, du peu d’intérêt que le gouvernement accorde au peuple gabonais.

 

D’autres réformes gouvernementales ont pour objectif, a-t-il affirmé,  de « siphonner à souhait les caisses de l’Etat », pour se préparer des jours heureux, notamment lors des prochaines joutes électorales, en surfant sur « l’argent roi  pour s’arracher les suffrages des gabonais en contrepartie d’espèce sonnantes et trébuchantes ».

 

Aussi, pour l’opposant, l’heure étant à la vigilance et à l’analyse, il serait plus que jamais « impératif pour les enfants du Gabon, sans distinction d’origine,  de se mobiliser autour d’un projet républicain, dont l’ambition central viserait à éventrer un système politique à bout de souffle, et dont les derniers signes de survie s’assimilent à une curieuse course au trésor, au détriment de la vitalité économique du Gabon ».

 

Eudes Rinaldy Leboukou





gabonactu

A lire aussi

Laisser un commentaire