« 11% seulement de la population a accès à l’électricité », indique le rapport sur le progrès énergétique 2019


SOCIÉTÉ – Selon le rapport sur le progrès énergétique publié ce 22 mai par la Banque mondiale, l’énergie a considérablement progressé au cours des dernières années. Mais au Tchad, seulement 11% de la population a accès à l’électricité.

« L’accès à l’énergie a considérablement progressé ces dernières années, le nombre de personnes sans électricité passant de 1,2 milliard en 2010 à un milliard en 2016 et à environ 840 millions » en 2017, selon des données compilées par l’Agence internationale de l’énergie (AIE), l’Agence internationale pour les énergies renouvelables, les Nations-Unies, la Banque mondiale et l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Selon le rapport sur le progrès énergétique, au Tchad, seulement 11% de la population a accès à l’électricité, soit environ 1 544 121 personnes. Ce taux sera revu à la base dans les zones rurales. En effet, 2% seulement de la population rurale utilise l’électricité. Un chiffre dix fois moins que le taux d’accès à l’électricité dans les zones urbaines. Exactement 39% de la population urbaine ont accès à l’électricité.

Notons d’abord que le taux d’électrification mondial a en outre atteint 89 % et 153 millions de personnes supplémentaires ont accès à l’électricité chaque année. Cette étude mesure les progrès en matière d’énergie par rapport à l’objectif global qui est d’assurer une énergie abordable, fiable, durable et moderne pour tous d’ici 2030.

LIRE AUSSI : la SNE produit de l’électricité avec des équipements vétustes

La situation dans les régions les plus isolées et en Afrique subsaharienne généralement et particulièrement du Tchad reste particulièrement préoccupante, puisque 573 millions de personnes vivent toujours dans le noir. Pour raccorder les ménages les plus pauvres et les plus difficiles à atteindre, des solutions hors réseau, y compris l’éclairage solaire, les installations solaires domestiques et, de plus en plus, les mini-réseaux, seront au cœur des solutions.

« Les pays les plus pauvres et les régions les plus reculées d’Afrique subsaharienne sont celles qui progressent le moins vite », selon le rapport de ces cinq institutions. De plus, près de trois milliards de personnes n’ont toujours pas accès à une cuisine “propre” en 2017, résidant principalement en Asie et en Afrique subsaharienne.

LIRE AUSSI : la SNE vend l’électricité à perte

Le rapport met enfin en lumière le retard pris en matière d’utilisation d’énergies renouvelables pour le chauffage et les transports. Ces énergies comptaient pour 17,5% de la consommation d’énergie totale en 2016 contre 16,6% en 2010. Il apparaît que de gros efforts ont été faits pour déployer la technologie des énergies renouvelables pour la production d’électricité et pour améliorer l’efficacité énergétique à travers le monde.





tchadinfos

A lire aussi

Laisser un commentaire