Baloji, le son et l’image


baloji dans zombies © YA AGENCY


Baloji, l’auteur-chanteur-compositeur originaire de Lubumbashi exporte aujourd’hui son univers halluciné en vidéo.


Le 6 mai, Baloji se voyait remettre le prix principal du Festival international du court-métrage d’Oberhausen, en Allemagne, pour Zombies, un film de quatorze minutes sur l’addiction aux écrans dans un Kinshasa futuriste. Cette reconnaissance d’un festival de premier plan et sa dotation de 4 000 euros ont mis du baume au cœur à l’artiste, qui s’est épanché sur son compte Instagram. Il s’est dit « tellement honoré » par la récompense, « après avoir été rejeté par tant de commissions (“tu n’es pas un vrai réal”), de sponsors financiers (“finalement, on va pas pouvoir…”) et ignoré par les médias ».

Minifilm

« Balo » le mal-aimé venait de quitter le plateau de Clique TV lorsqu’on l’a interviewé. Béret noir, long imperméable à la Derrick, doigts alourdis par des bagues qu’il a lui-même dessinées… le créateur congolais installé en Belgique venait faire la promotion d’une nouvelle édition de

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n’êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Besoin d’aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l’ensemble des articles sur le site et l’application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l’application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d’archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l’offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.






jeuneafrique

A lire aussi

Laisser un commentaire