« Reste avec moi », une riche parabole sur le patriarcat nigérian




Au-delà de l’histoire d’amour qu’elle raconte dans « Reste avec moi », la Nigériane Ayòbámi Adébáyò livre une parabole politique aussi fine que puissante.


Reste avec moi : un tel titre fait immanquablement penser à la production des romanciers français Marc Levy (Et si c’était vrai…, La prochaine fois) et Guillaume Musso (Et après…, Seras-tu là ?). Pourtant, la romancière nigériane Ayòbámi Adébáyò, 31 ans, ne boxe pas tout à fait dans la même catégorie. Avec ce premier roman fin et puissant, elle ose s’attaquer à des thèmes vus et revus sans tomber dans la redite ni dans le cliché.

L’histoire, au fond, est simple : Yejide aime Akin et Akin aime Yejide. Ils se rencontrent, ils se marient, ils envisagent d’avoir de nombreux enfants. Las, le bébé désiré ne vient pas et l’entourage d’Akin le pousse vers une seconde épouse, plus fertile.





jeuneafrique

A lire aussi

Laisser un commentaire