les ouvriers algériens, du bidonville à la cité de transit de Gennevilliers


Le roman graphique « Demain, demain », de Laurent Maffre. © DR


Avec son roman graphique « Demain, demain », Laurent Maffre évoque comment les immigrés algériens furent parqués et exploités, en France, dans les années 1970.


Des baraques, des camions, des pelleteuses, de la terre retournée, des barres d’immeubles, une chaîne d’assemblage de voitures… Le trait vif et précis de Laurent Maffre reconstruit un monde qui n’est plus, mais qui a façonné notre présent plus qu’on ne l’imagine. Après avoir raconté avec force détails le bidonville de la Folie, où s’entassaient, à Nanterre, quelque 1 500 ouvriers « célibataires » et 300 familles, pour la plupart algériens, l’auteur-dessinateur donne aujourd’hui une suite à son roman graphique Demain, demain.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n’êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Besoin d’aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l’ensemble des articles sur le site et l’application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l’application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d’archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l’offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.






jeuneafrique

A lire aussi

Laisser un commentaire