Le président Adesina partage les résultats de ces dernières années


Akinwumi Adesina, le président de la Banque africaine de développement (BAD) a jugé utile de faire un bilan des résultats de l’institution ces dernières années. Il s’exprimait lors des Assemblées annuelles de l’institution ce mercredi à Malabo en Guinée équatoriale. 

«Permettez-moi de partager, avec vous, certains de nos résultats, car, au final, ce sont les actions et les résultats sur le terrain qui comptent », a déclaré M. Adesina. « Ici, en Afrique centrale, la Banque africaine de développement finance le barrage de Natchigal au Cameroun, participe à la réalisation du barrage d’INGA en République démocratique du Congo et s’apprête à soutenir la route du Corridor 13 qui reliera la République du Congo, la République centrafricaine et le Tchad. Toutes ces actions s’inscrivent dans la vision de la Banque africaine de développement que traduit la priorité « Intégrer l’Afrique » des High 5 », a confié le président de la BAD. 

Sur les ressources du Fonds africain de développement, poursuit-il, nous avons financé la construction du superbe pont Sénégambie – un rêve devenu réalité pour le Sénégal et la Gambie. «Sans relâche, nous nous employons à interconnecter l’Afrique et à attirer les investissements sur le continent », a-t-il martelé. Akinwumi Adesina a indiqué que la Banque africaine de développement est au cœur de la réussite de la Zone de libre-échange continentale africaine. Toutefois, explique-t-il, cette réussite repose sur le financement du commerce. 

Il a révélé que la Banque a déjà investi plus d’un milliard de dollars pour soutenir le financement du commerce, ce qui a permis de faciliter 111 transactions dans 43 pays et de générer pour 7 milliards de dollars d’échanges entre pays de la région. 

  «Nous avons investi 1 milliard de dollars supplémentaire dans AfriExim Bank, dont 650 millions de dollars destinés à des lignes de crédit pour le financement du commerce et 350 millions de dollars pour l’assurance du commerce. Nous avons également investi 630 millions de dollars dans deux banques d’Afrique du Sud, la First Rand Bank et AbSA, pour soutenir l’élargissement de l’accès au financement du commerce dans 20 pays », a listé le président Adesina. Il a précisé qu’en collaboration avec la Commission de l’Union africaine et les Communautés économiques régionales, sur l’Indice d’ouverture sur les visas pour l’Afrique, la BAD continue de suivre la situation en matière de libre circulation des personnes. Le président de la BAD estime que des progrès ont été réalisés, mais il reste encore beaucoup à faire. 

«L’indice d’ouverture sur les visas montre qu’en 2018, les Africains n’avaient pas besoin de visa pour entrer dans 25% des pays de la région. Ils ne peuvent obtenir un visa à l’arrivée que dans 24% des pays et ont toujours besoin d’un visa pour entrer dans 51% des pays », a relevé M. Adesina. 

«Pour intégrer l’Afrique, nous devrions faire tomber tous les murs ! La libre circulation des personnes, et en particulier la mobilité de la main-d’œuvre, sont essentielles pour promouvoir les investissements », recommande le président de la BAD. 
Ismaila BA, Envoyé Spécial à Malabo



leje

A lire aussi

Laisser un commentaire