Curieuse ville morte à Ntoum provoquée par la Mairie


D’habitude très fréquentée, Ntoum ressemblait à une ville fantôme le 18 juin  ©  Gabonactu.com

Libreville, 18 juin (Gabonactu.com) – La commune de Ntoum, chef-lieu du département de Como-Kango, située à plus de 40 km de Libreville, ressemblait mardi à une ville fantôme, et pour cause, une note circulaire de la mairie de la localité, intimant  l’ordre à tous les commerçants  et opérateurs économiques du cru, de fermer boutiques, pour dit-on, prendre part à une réunion convoquée par le premier magistrat de la ville, Juste Parfait Biyogo B’Otogo.

La réunion qui a duré à peine 15 minutes, selon les commerçants qui se sont confiés à Gabonactu.com, avait pour ordre du jour, la situation de la propriété de la ville. Désormais  les opérateurs économiques eux-mêmes sont résolus, d’après l’hôtel de ville de Ntoum, de la collecte des  ordures ménagères.

« Il a demandé que désormais  chaque commerçant doit  ramasser ses ordures et doit aller les jeter à la décharge de Meba  située à 4 km de la ville  alors que  c’est le travail de la mairie », a déploré M. Yero, président du Syndicat des commerçants de Komo Mondah (SYCOKOM).

Situation incompréhensible pour les commerçants qui ne savent plus à quel saint se vouer.  Il y a peu, les opérateurs économiques ont déboursé plus  de 1 million de FCFA pour contribuer à l’opération de  propriété de la ville organisée par l’hôtel de ville de Ntoum, indique-t-on.

Aussi, les commerçants de Ntoum, fustigent   l’attitude peu managériale du maire central, accusé de torpiller la liberté syndicale.

« La liberté syndicale est menacée  ici à Ntoum,  comme s’il y a une ligne rouge, les syndicats ne peuvent pas travailler ; pourtant  l’article 271 du code du travail  nous confère l’exercice  et la plénitude des droits », a-t-il  souligné.

Le SYCOKOM qui se veut un syndicat de dialogue et de paix a adressé  deux correspondances  à la Mairie de Ntoum pour une séance de travail. Celles-ci sont restées lettre morte.

Sydney IVEMBI



gabonactu

A lire aussi

Laisser un commentaire