avant le 2ème match, des ajustements s’imposent… – IWACU


Malgré une prestation quasi aboutie et une générosité hors norme lors  du 1er match contre les Super Eagles du Nigeria, les ouailles de Mutombola, sélectionneur national se sont inclinées (1-0). Pour  bon nombre de supporteurs et analystes sportifs, la défaite est la conséquence d’une mauvaise lecture de jeu par Mutombola. Entre autres griefs qu’ils lui reprochent : le manque de réactivité.

Positionné sur le franc droit, Francis Njali a pataugé, multipliant de  pertes de balles durant toute la 1ère mi-temps alors que sur le banc Amissi Mohamed ou Tchabalala pouvaient faire la différence. «A ce moment, Mutombola devrait vite agir et le remplacer par un joueur capable d’apporter du tonus à l’attaque», observe A.N., un ancien coach.

En grande partie, une remarque qui fait suite à l’entrée tardive, durant le temps additionnel de l’ailier mordant Mohamed Amissi. Et ce technicien de se demander : «Etait-il le temps de gérer le match ou de chercher le but égalisateur».

Parmi les autres interrogations : «l’incapacité» du sélectionneur de choisir son onze de départ idéal. «C’est aberrant. Parce qu’après plus d’un mois de préparation, il devrait avoir une idée des joueurs qui doivent commencer le match au lieu de tâtonner».

En revanche, A.N, trouve que pour donner du punch à l’attaque, Mutombola doit aussi remodeler son système tactique. «Au minimum, permettre à Saïdo Berahino et Fiston de jouer parallèlement devant les cages, au lieu de convertir le 1er en meneur de jeu ». Une remarque, estime-il, qui pourrait éviter l’isolement de Fiston. Il observe qu’à  plus d’une fois, l’attaquant de la JS Kabylie s’est trouvé seul,  dans l’obligation de revenir derrière pour chercher le ballon.

En attendant le 2ème match, jeudi 27 juin contre le Madagascar, tous les observateurs s’accordent à dire que  retour de Pierrot au milieu serait du pain béni. « Si Mutombola veut être que ses protégés soient efficaces dans la récupération, il faut qu’il joue avec une véritable sentinelle ». De la sorte, conclut-il, Gaël Bigirimana pourrait se projeter vers l’avant, ainsi rendre le jeu fluide.



burundinews

A lire aussi

Laisser un commentaire