Gabon : il est temps d’oublier le confort des recettes pétrolières (Ministre)


Jean Fidèle Otandault a parlé à ses collaborateurs comme un coach qui rêve de remporter un trophée très discuté ©  Gabonactu.com 

Libreville, 24 juin (Gabonactu.com) – Le nouveau ministre de la Promotion des investissements, Jean Fidèle Otandault a vivement conseillé à ses collaborateurs d’oublier le confort qu’assuraient au Gabon les recettes pétrolières pour se tourner résolument vers la recherche des Investissements directs (IDE) et les Partenariats publics privés (PPP) pour relancer l’économie du pays essoufflée depuis la chute des cours des matières premières en 2014.

« Vous devez tous attirer les investisseurs.  Je voudrais que vous sillonnez le monde à la recherche des investissements directs étrangers », a urgé le désormais ancien ministre du Budget s’adressant à ses nouveaux collaborateurs lors d’une première rencontre de prise de contact au siège de l’Agence nationale pour la promotion des investissements (ANPI).

« Tous les pays africains qui ont une croissance de 8% sont ceux qui attirent plus d’IDE et concluent des PPP », a affirmé le ministre. Il est abondamment revenu sur les cas du Sénégal, de la Côte d’Ivoire et de l’Île Maurice.

Le Gabon aussi peut le faire. Le pays a des atouts pour conclure des PPP et attirer des IDE. Selon le ministre le stock des IDE au Gabon est de 9,5 milliards de dollars américains, trop faibles par rapport aux pays d’Afrique de l’Ouest qui en totalisent 4 à 5 fois plus que le Gabon.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Otandault-2-1024x498.jpg.

« On a trop dormi sur le confort des recettes pétrolières », a insisté M. Otandault ajoutant que « La croissance n’est pas au rendez-vous dans notre pays.  Ma feuille de route est claire. Le chef de l’Etat et le Premier ministre attendent de nous l’augmentation des PPP. Je refuse l’échec.  D’autres pays l’ont fait et réussi.  Nous aussi nous pouvons réussir », a-t-il dit pour sauner la révolte de ses collaborateurs.

Dans une note confidentielle, le Directeur général de l’Agence nationale de la promotion des investissements (ANPI), Gabriel Ntougou, a rappelé au ministre le poids de la dette intérieure et extérieure qui ne motive pas les investisseurs.

Carl Nsitou





gabonactu

A lire aussi

Laisser un commentaire