Brahim Mahamat Djamaladine prend fonction au ministère de l’Environnement


Le nouveau
ministre de l’Environnement, de l’Eau et de la Pêche, Brahim Mahamat
Djamaladine a pris fonction officiellement ce 3 juillet. Il remplace à ce poste
Sidick Abdelkérim Haggar.

Nommé par décret n°0882/PR du 30 juin 2019, le nouveau
ministre de l’Environnement, de l’Eau et de la Pêche a été installé dans ses
fonctions ce mercredi 3 juillet par la ministre secrétaire générale du
gouvernement, Mariam Mahamat Nour.

La cérémonie de passation de service s’est déroulée en
présence des cadres dudit ministère, de la société nationale d’eau (SNE), de la
garde forestière et d’autres invités.

Dans son mot de circonstance, le nouveau ministre, Brahim Mahamat Djamaladine a invité ses collaborateurs à travailler pour l’intérêt général. « Je dis tout simplement que nous sommes investis d’une seule et unique mission à savoir celle de servir notre cher pays le Tchad et non se servir. »

Le nouveau ministre de l’environnement passe en revue la troupe des gardes forestières et fauniques

LIRE AUSSI : la liste du gouvernement du 30 juin 2019

Un bilan mieux
que rien

En poste depuis le 16 août 2016, Sidick Abdelkérim
Haggar, en passant service ce 3 juillet 2019, a dressé un bilan encourageant.

En matière d’eau et d’assainissement, l’équipe de Sidick
a réalisé 2 500 pompes à motricité humaine, 284 châteaux semi-urbains et
10 châteaux urbains.

Le taux d’accès à l’eau potable est passé de 53% à 62%, a
fait savoir le ministre sortant de l’Environnement et de l’Eau. Et pour
atteindre l’objectif fixé à 83%, Sidick Abdelkérim Haggar a indiqué que son
équipe a apprêté neuf projets majeurs parmi lesquels on peut citer :

  • Le projet Bitéha 2 d’un montant de 24 milliards de franc CFA qui couvre la ville d’Abéché et qui a été lancé le 29 juin dernier ;
  • Le projet Banque islamique pour le développement d’un montant de 33 milliards de franc CFA qui couvre l’Ennedi-Est et la Wadi Fira ;
  • Le PAEPA en milieux semi-urbain et urbain financé par la BAD et le FEM à hauteur de 15 milliards de franc CFA qui couvre les régions du Bourkou, de l’Ennedi Ouest et les deux Logones ;
  • Le projet disign to build (D2B) d’un montant de 40 milliards financé par le gouvernement néerlandais, l’Union européenne et l’Agence française de développement.

En matière d’environnement, l’équipe dirigée par Sidick
Abdelkérim Haggar a eu à :

  • Entreprendre une politique de substitution du bois-énergie par le gaz butane en vue de mettre un terme à la coupe abusive du bois et à la déforestation ;
  • Mettre en place la Garde forestière et faunique (GFF) qui veuille à la protection en permanence des réserves de faune ;
  • Mettre en place l’Autorité nationale désignée du Fonds vert pour le climat en vue de mieux mobiliser les ressources disponibles en matière de climat.

Concernant la biodiversité, le ministre sortant s’est
félicité de la réintroduction de l’Oryx dans la réserve de Wadi Rimé-Wadi
Hachim et le rhinocéros dans le parc national de Zakouma. Il a signifié que la
fin 2019, l’addax et le dama seront ainsi introduits dans les réserves
tchadiennes.

Sidick Abdelkérim Haggar n’a pas manqué d’exprimer sa
satisfaction quant à la signature des conventions, à la réforme des différentes
entités de son département.





tchadinfos

A lire aussi

Laisser un commentaire