Afrique: Lutte contre le cancer en Afrique – La Première Dame du Niger Dr. Lala Malika Issoufou se mobilise et lancera un plaidoyer fort en marge du Sommet des Chefs d’État de l’Union africaine à Niamey


Alain Toledano retrousse les manches dans le combat contre le cancer qui sévit dans le monde et en particulier en Afrique. Depuis plusieurs années.

Son cri de cœur s’intensifie. « On s’occupe beaucoup plus de maladies contagieuses et c’est très important. Mais on n’oublie que le cancer est une maladie qui touche tous les pays, ce n’est pas seulement une maladie de blanc.

Et en Afrique, il y a un effort culturel à faire pour qu’on puisse s’organiser et guérir le cancer. Il faut développer un système de solidarité pour la prise en charge de la maladie sur le continent africain.

Et pour cela l’Union africaine qui va se réunir du 04-08 juillet 2019 à Niamey (capitale du Niger) sous l’impulsion du président Mamadou Issoufou et de la première dame Dr. Lala Malika Issoufou, porteront le combat sur le plan diplomatique » a plaidé le cancérologue français Alain Toledano.

Le Chef de l’Etat et Dr Lalla Malika ISSOUFOU se sont engagés de façon énergique pour que chaque État puisse regarder le cancer différemment. Ils donneront de la voix pour que les pays africains mobilisent des ressources financières substantielles dans la construction des infrastructures médicales de pointe. « Il est important que les soins de qualité soient accessibles et abordable pour tous. Car, aujourd’hui on peut guérir le cancer » rassure Dr Alain Toledano.

Il faut rappeler que 40% des cancers sont évitables, si on évite le tabac, l’alcool, en mangeant correctement et en faisant du sport. D’où la nécessité d’avoir des structures pour traiter le cancer, comme la chimiothérapie, la radiothérapie. En Afrique cela pose un énorme problème, puisque dans plusieurs pays du continent, il y a un manque à combler. C’est pour cela que l’engagement des chefs d’États dans la lutte contre le cancer est très important.

Selon le docteur Alain Toledano : «diagnostiquer précocement un cancer, c’est plus économe. Ça sauve des vies, ça crée de la valeur. Arrivé à un stade plus tardif, c’est délétère et ça coûte de l’argent au pays. C’est des pertes en vies humaines».

La solution passe par la création de petites structures fonctionnelles et capables de traiter le cancer dans les différentes localités outre que la capitale. Travailler aussi en réseau avec les autres structures sanitaires, cela crée un rapport entre l’efficacité et l’économie du pays. Face à ce fléau endémique, la Première Dame Dr Lalla Malika ISSOUFOU entend engager-dans le cadre de la 33 ème Conférence des Chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine- la bataille de Niamey aux côtés des autres Premières Dames du continent pour une mutualisation des efforts et des ressources en vue d’éradiquer le cancer qui tue à grande vitesse.



actuniger

A lire aussi

Laisser un commentaire