Afrique: Quand la Secrétaire Exécutive de l’UNFPA porte la voix des jeunes auprès des chefs d’Etat


La directrice exécutive du Fonds des Nations Unies pour la population (Unfpa) a porté la voix des jeunes du Niger et ceux d’Afrique en général, dans le combat pour leur autonomisation.

C’est à cet effet que Mme Natalia Kanem a transmis aux chefs d’Etat africains qui ont pris part au diner organisé à la veille du douzième sommet extraordinaire consacré au lancement de la Zone de libre-échange continentale et africaine (AfCFTA), les attentes de la jeunesse nigérienne qui résument celles africaines.

C’était en marge de la réunion de coordination semestrielle avec les chefs des communautés économiques régionales.

Un face-à-face durant laquelle Mme Kanem a tenu sa promesse faite à plus de 150 filles avec lesquelles, elle avait tenu un dialogue interactif plus tôt dans la journée du 6 juillet.

Des échanges durant lequel les jeunes filles avaient demandé à la Directrice exécutive de livrer trois messages aux chefs d’Etat africains notamment de les aider à rester à l’école, de mettre fin au mariage des enfants et de leur permettre de réaliser leurs rêves, a-t-elle conclu.

Après une écoute attentive, Mme Kanem a galvanisé les jeunes filles en les sensibilisant sur l’important de leur engagement dans l’éducation mais aussi en les invitant à revendiquer leurs droits.

Un plaidoyer qu’elle également fait au collègue Mariama de Niamey, réputée comme étant une école d’excellence de jeunes filles, où elle a assisté à une cérémonie consacrant les meilleurs élèves.

A son avis, il est nécessaire de faire respecter le droit à l’éducation des filles afin de parvenir à un Niger inclusif.

Le patron de l’UNFPA pense que les jeunes doivent réaliser leur rêve et construire l’avenir de leur pays.

Elle a profité de cette brèche louant le travail accompli par ses équipes au Niger et dans la région ouest africaine et centrale, pour la baisse des violences basées sur le genre et contrer la désinformation développée autour de la planification familiale.

Ce qui, à son avis, devra être appuyée par la mise à disposition des produits de la santé de la reproduction.

Sous cet angle, elle conseille les jeunes à respecter et à soutenir les filles qui ont été victimes de grossesse non désirées.

Les jeunes ont également profité de cette opportunité pour inviter l’UNFPA à ne pas occulter la situation des filles qui sont dans les camps de réfugiés.

Les jeunes ont déjà les yeux rivés vers Nairobi

L’option prise par la secrétaire exécutive de transmettre les préoccupations des jeunes aux chefs d’Etat africain n’est qu’un pallier d’un processus qui s’annonce décisif.

Dans un niveau plus global, la Directrice de l’UNFPA, Mme Natalia Kanem aura une belle opportunité de faire entendre la voix des jeunes lors de la Conférence internationale sur Population et développement (CIPD 25), prévue du 12 au 14 novembre prochain à Nairobi, la capitale kényane.

Le sommet de Nairobi fera le point sur les avancées concernant l’accès aux droits et services de santé de la reproduction au cours des 25 dernières années, à la suite de la Conférence internationale sur la population et le développement qui s’est tenue au Caire, en Égypte.

Le moment sera également opportun pour rappeler aux dirigeants et partenaires techniques et financiers leurs engagements

Cette rencontre s’annonce décisive pour les jeunes car dans l’esprit de travailler pour « l’Afrique que nous voulons » et pour atteindre les Objectifs de développement durable, Mme Natalia Kanem a fait observer que, malgré les progrès réalisés, des lacunes et des défis subsistaient.

Ce qui fait dire aux jeunes qui se sont déjà projetés sur la conférence de Nairobi que « 25 ans après, le monde doit être dans l’action ».

(Envoyé spécial)



actuniger

A lire aussi

Laisser un commentaire