ANGTI : le personnel dénonce la maltraitance et la violation du Code du travail


Les employés de l’ANGTI reprennent du service mais sous conditions © D.R

Libreville, 17 juillet (Gabonactu.com)- Le personnel de l’Agence nationale des grands travaux d’infrastructures (ANGTI) a repris du service ce mercredi, mais il menace d’entrer de nouveau en grève la semaine prochaine, si la direction générale ne revient pas sur sa décision unilatérale d’envoyer la moitié des agents en chômage technique.

Depuis le vendredi 12 juillet, en effet, les activités connaissaient des perturbations dans cette structure. Le personnel a eu la surprise désagréable de constater que la direction générale avait commencé à mettre à exécution sa mesure d’envoyer 105 agents en congé technique, en les convoquant un à un pour signer « le bon de départ ».

Hormis le fait que la direction générale n’a pas associé les délégués du personnel à la prise de cette décision, c’est surtout la modicité de l’indemnité du congé technique qui a provoqué la colère du personnel.

Fixée à 15 % du salaire de base, l’indemnité est considérée comme « une moquerie » et « une maltraitance » par les agents. La direction générale a prévu un forfait de 100 000 FCFA pour les bas salaires et le maintien de la prime de logement pour tout le monde.

‘Si l’on voulait réellement réduire la masse salariale, la mesure aurait également touché les cadres qui perçoivent des salaires très élevés par rapport à la moyenne », fait remarquer un délégué du personnel. Dans sa note de service datée du 10 juillet 2019, la direction générale annonçait que le congé technique se ferait « sans distinction de catégorie », mais dans la liste des 105 agents que Gabonactu.com a pu consulter, les délégués du personnel ne voient pas de noms de cadres.

Par contre, la liste comporte les noms des délégués du personnel, sauf un. « C’est une violation manifeste du Code du travail. La mesure du congé technique pue le règlement de comptes », ont pesté les délégués du personnel. Ils ont promis de faire intervenir la Confédération syndicale gabonaise (Cosyga) pour la défense des intérêts des membres du « FC 105 ANGTI », nom donné par autodérision à l’ensemble des agents promis au chômage technique.

Le préavis de grève expire ce 18 juillet. Vendredi dernier, la direction générale a requis la force publique aux fins de sécuriser les locaux de l’ANGTI, semble-t-il, même si, de l’avis des délégués du personnel, il n’y avait pas péril en la demeure.

Le 18 juin dernier, l’ANGTI a connu sa première grève en neuf ans d’existence marquée par le faste. Elle a duré six jours. Le personnel réclamait le paiement des salaires de mai 2019 et du 13e mois de l’année 2018. Il exigeait également des explications sur le non versement sur plus d’un an des cotisations sociales à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) et à la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS).

Le mouvement de grève avait pris fin après le règlement des arriérés de salaires. La question de la dette envers les organismes sociaux reste pendante. Le personnel attendait la suite le 10 juillet, quand la direction générale a sorti la note relative au congé technique.

L’ANGTI est rattachée à la présidence de la République. De l’aveu de la direction générale dans sa note de service du 10 juillet 2019, elle rencontre de sérieuses difficultés financières depuis un moment.

Camille Boussoughou





gabonactu

A lire aussi

Laisser un commentaire