L’OMS déclare l’épidémie d’Ebola en RDC urgence de santé internationale


« Il est temps que le monde entier prenne connaissance et redouble d’efforts. Nous devons travailler ensemble de manière solidaire avec la RDC pour mettre fin à cette épidémie et construire un meilleur système de santé », a déclaré le Docteur Tedros Adhanom Ghebreyesus, le Directeur général de l’OMS, dans un communiqué. 

« Un travail extraordinaire a été accompli pendant presque un an dans les circonstances les plus difficiles. Nous devons tous à ces intervenants – provenant non seulement de l’OMS, mais également du gouvernement, des partenaires et des communautés – d’assumer une plus grande part du fardeau », a-t-il dit. 

La déclaration d’urgence de santé publique de portée internationale fait suite à une réunion du Comité d’urgence du Règlement sanitaire international. Le Comité a cité l’évolution récente de l’épidémie d’Ebola en RDC dans la formulation de sa recommandation, notamment le premier cas confirmé à Goma, une ville de près de deux millions d’habitants située à la frontière avec le Rwanda, et qui constitue un point d’entrée entre le plus vaste pays d’Afrique subsaharienne et le monde. 

Le Comité a exprimé sa déception face aux retards de financement qui ont limité la riposte a Ebola. Les membres du Comité ont également souligné la nécessité de protéger les moyens de subsistance des personnes les plus touchées par l’épidémie en maintenant les voies de transport et les frontières ouvertes. Selon eux, il est essentiel d’éviter les conséquences économiques punitives des restrictions sur les voyages et le commerce imposées aux communautés touchées. 

« Il est important que le monde suive ces recommandations. Il est également crucial que les États n’utilisent pas l’urgence de santé publique de portée internationale comme une excuse pour imposer des restrictions au commerce ou aux voyages, ce qui aurait un impact négatif sur la réaction, la vie et les moyens de subsistance des habitants de la région », a déclaré le Professeur Robert Steffen, qui préside le comité d’urgence. 

Depuis que l’épidémie d’Ebola a été déclarée il y a presque un an, a été classée par l’OMS comme une urgence de niveau 3 – la plus grave -, ce qui a provoqué le plus haut niveau de mobilisation de la part de l’agence onusienne pour la santé. L’ONU a également reconnu la gravité de la situation d’urgence en renforçant son système humanitaire pour soutenir la riposte à Ebola. 

 « Cela concerne les mères, les pères et les enfants. Trop souvent, des familles entières sont frappées. Les communautés et les tragédies individuelles sont au cœur », a déclaré le Dr Tedros. « L’urgence de santé publique de portée internationale ne doit pas être utilisée pour stigmatiser ou pénaliser ceux-là mêmes qui ont le plus besoin de notre aide », a-t-il souligné. 
Un.org 
 

 

 



leje

A lire aussi

Laisser un commentaire