Alerte pollution : mort mystérieuse des milliers de poissons dans les lacs de Lambaréné


Poissons morts dans les lacs de Lambaréné et dans l’Ogooué © DR

Libreville, 22 juillet (Gabonactu.com) – Les populations vivant dans les lacs de Lambaréné ont signalé aux autorités gabonaises la mort mystérieuse de plusieurs milliers de poissons dont les cadavres jonchent les berges  de l’Ogooué sur plusieurs kilomètres entre le 9 et le 17 juillet, selon un rapport de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN).

Un rapport établi par une équipe de l’ANPN projetée sur zone n’établie pas formellement les causes exactes de ces morts d’une très grande ampleur qui interviennent durant le pic de la saison de pêche de la carpe.

Les populations de la région pointent unanimement un doigt accusateur vers les exploitants illégaux d’or dans la région. Des chinois et des orpailleurs clandestins utiliseraient le mercure pour leur exploitation. Ce mercure déversé dans les cours d’eau pour nettoyer l’or serait à l’origine de ce drame, selon les populations très remontées.

Le rapport établie par une équipe dirigée par Guy Philippe Sounguet, gestionnaire du site Ramsar Bas Ogooué retient l’hypothèse émise par les populations. Il souligne notamment que ce phénomène peut être du à  » un déversement volontaire ou accidentel de produits chimiques dans les cours d’eau se déversant dans l’Ogooué et dans la Ngounié « .

 » L’exploitation minière illégale et particulièrement de l’or qui est dénoncée par les populations des rives de l’Ogooué et de la Ngounié. On peut noter que l’exclusion des orpailleurs de Minkébé a fait déplacer le phénomène dans la zone de Ndjolé et ses alentours « , souligne le rapport.

 » L’arrêt de l’exploitation de l’or dans la zone de l’Ikoye qui peut laisser supposer que les produits utilisés pour l’exploitation du précieux minerai n’ont pas été sécurisé. Les changements climatiques peuvent être liés de façon indirecte à cette tragédie, par une baisse rapide des eaux provoquant un appauvrissement en oxygène et une  élévation d’azote et de phosphore dans les lacs « , supposent les chercheurs qui affirment avoir effectué des prélèvements de l’eau et des échantillons de poissons morts.

Le rapport accuse aussi des mauvaises pratiques de pêche qui pourraient être à l’origine du drame. Les pêcheurs rejettent catégoriquement cette hypothèse car selon eux, aucun pêcheur ne peut se livrer à une pratique aussi suicidaire  sachant que la pêche est la principale source de revenus des populations de cette contrée marécageuse.

L’ANPN recommande alors des enquêtes et analyses approfondies menées par le laboratoire de l’ANPN et celui du Centre national de recherches scientifiques (CNAREST).

Pour l’instant, la mort mystérieuse de ces poissons provoque la psychose jusqu’à Libreville, principal marché qui absorbe la plus grande quantité de poissons venus de Lambaréné.

Aucune personne n’est pour l’instant décédé après avoir consommé des lacs ou de l’Ogooué, affirme le rapport.

Carl Nsitou





gabonactu

A lire aussi

Laisser un commentaire