Johnny Clegg, disparition d’un guerrier antiapartheid


Le chanteur Johnny Clegg, en costume traditionnel lors de son mariage, le 27 mars 1989. © Trevor SAMSON/AFP


Le Zoulou blanc était devenu une icône de la lutte contre le racisme. Le monde musical salue le courage et la sincérité de cet artiste hors norme.


Depuis l’annonce du décès de Johnny Clegg, à 66 ans, le 16 juillet à Johannesburg, les hommages se sont multipliés jusqu’au plus haut niveau des sphères politiques. Cyril Ramaphosa, le président sud-­africain, saluant « une icône de la cohésion sociale et de l’anti­racisme ». L’unanimité des éloges ferait presque oublier que Jonathan Clegg, de son vrai nom, ne fut pas si consensuel du temps de l’apartheid.

Né à Bacup, en Angleterre, arrivé à 7 ans en Afrique du Sud, il s’immerge très tôt dans la culture zouloue, mêlant musique traditionnelle et musique pop dans son groupe Juluka (avec Sipho Mchunu), puis Savuka, en 1986.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n’êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Besoin d’aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l’ensemble des articles sur le site et l’application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l’application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d’archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l’offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.






jeuneafrique

A lire aussi

Laisser un commentaire