Accumulation des ordures ménagères : Ali Bongo convoque le maire de Libreville


 

Le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba a convoqué d’urgence le maire de Libreville, Léandre Zue suite à la grève sans service minimum déclenchée depuis le 1er août dernier par Averda, la compagnie chargée de collecter les ordures ménagères à Libreville et ses environs.

Léandre Zue s’est rendu au cabinet du chef de l’Etat en compagnie de Yannick Ongonwou Sonnet, Haut Commissaire à l’Environnement et au Cadre de Vie.

Le communiqué de la présidence de la République qui confirme cette rencontre au palais du bord de mer n’a pas donné plus d’informations sur le contenu des conversations entre Ali Bongo et ses hôtes.

Averda a cessé toute activité depuis le 1er août dernier. La société de collecte des ordures ménagères à Libreville et ses environs réclame une dette d’environ 20 milliards de FCFA auprès de l’Etat gabonais.

En mars dernier, cette dette s’élevait à 25 milliards de FCFA. L’Etat a effectué deux paiements de 3 et de 2,7 milliards de FCFA entre mars et mai dernier.

La compagnie affirme avoir épongé ces dettes auprès de la CNSS et des impôts.

Son fonctionnement serait plombée par cette dette qui ne permet plus à l’entreprise d’investir pour renouveler le parc automobile et autres bacs à ordures.

La décharge à ciel ouvert de Mindoubé serait un autre goulot d’étranglement pour la propriété de la capitale. « Il ne s’agit pas d’une décharge mais d’un enfer », a confié à Gabonactu.com un responsable d’Averda choqué de constater que l’Etat gabonais ne parvient pas à trouver un nouveau site pour créer un centre d’enfouissement des ordures ménagères.

Le maire de Libreville, dès sa prise de fonctions n’a pas hésité de dénoncer l’incompétence d’Averda, indiquant même qu’il souhaitait ne plus travailler avec cet opérateur.

Le contrat actuel d’Averda expire le 29 décembre 2019. Averda serait disposé de quitter le pays au terme de cette période si le gouvernement gabonais ne s’engage pas à lui verser 700 millions de FCFA par mois pour ses prestations. La société exige aussi une avance de 6 milliards de FCFA sur l’ensemble de sa dette. 

Carl Nsitou





gabonactu

A lire aussi

Laisser un commentaire