comprendre l’évolution de l’enseignement supérieur et ses défis après les 59 ans


Il y a exactement 59 ans que le Tchad accède à l’indépendance. Depuis qu’il a accedé à la souveraineté nationales et internationale, le pays peine à rendre compétitif son système d’enseignement supérieur.

Au lendemain de son indépendance, c’est-à-dire en
1971, le Tchad a réussi à construire sa première université, appelée entre
temps « l’Université du Tchad ». A cette époque, tout Tchadien devant
suivre les études supérieures doit faire le déplacement à N’Djamena pour suivre
les cours à la fac.

En l’an 2000, soit 29 ans après l’opérationnalisation de l’université du Tchad, devenue l’université de N’Djamena, compte un effectif de 6 000 étudiants. Aujourd’hui, le nombre des étudiants augmente de façon exponentielle, obligeant les autorités à multiplier le nombre d’institutions d’enseignement supérieur partout dans le pays.

D’une université, l’on compte actuellement 10 universités
réparties dans les grandes provinces du pays, mais les conditions d’études y
sont déplorables. En plus de ces 10 universités s’ajoutent la création de six
instituts universitaires à caractère professionnel à Abéché, à Iriba, à Moussoro,
à Biltine, à Lai et à Mao, sans oublier les quatre écoles normales.

Malgré les grandes recettes que fait le pays, « huit de ces institutions
d’enseignement supérieur sont dans les locaux d’emprunt dont les coûts défis
toute rationalité »,
précise un rapport d’enquête parlementaire de
2018.

Pour accompagner le gouvernement dans sa mission, l’enseignement supérieur privé commence à se développer dans les années 2000. L’enseignement supérieur au Tchad, 48 après sa naissance ne peut pas encore avoir une école doctorale. La seule faculté où on peut avoir son doctorat demeure la faculté de médecine. Pour les autres facultés, il faut faire un déplacement dans les pays étrangers pour espérer avoir son doctorat.

Finalement la multiplication rapide des universités
ne semble pas résoudre le problème, car il ne sert strictement à rien d’avoir
beaucoup d’institutions de formation sans des formateurs ou de formation de
qualité. L’école tchadienne va mal et l’université encore plus. C’est qui a
poussé un responsable de la bibliothèque de l’université de N’Djamena à dire
qu’ « au Tchad on n’a pas d’université,
on a que des grands lycées. »





tchadinfos

A lire aussi

Laisser un commentaire