Deli Sainzoumi Nestor décrit “les saigneurs” ou les acteurs du mal


Le centre des jeunes Don-Bosco a abrité ce lundi la cérémonie de la présentation du livre “L’empreinte des saigneurs” dont Deli Sainzoumi Nestor en est l’auteur.

La cérémonie de présentation officielle du livre ”L’empreinte des saigneurs” a lieu ce 12 août. Ce livre a été écrit Déli Sainzoumi Nestor, philosophe de formation et communicateur.

Selon lui, ce recueil a pour objet de devenir une matière à réflexion autour des maux qui minent le vivre-ensemble dans une société humaine.

Le livre est un corpus de
cinq (05) nouvelles. Ce sont des récits qui relèvent avant tout de la fiction,
conformément à la règle de la nouvelle qui, par définition, est une forme de
récit, une œuvre d’imagination caractérisée par une brièveté.

Le recueil s’ouvre par une
arrestation arbitraire et se termine par une séquestration et un appel à la
justice internationale. C’est pour montrer la gravité de la situation actuelle
et interpeller chacun à travailler pour le changement.

« Les récits de ce recueil de nouvelles s’inspirent abondamment des événements tragiques qui constituent le lot quotidien des hommes d’ici et d’ailleurs. Nous avons voulu montrer à travers ces histoires, comment les régimes au pouvoir font subir à l’homme le mal moral et l’injustice. D’où le titre l’Empreinte des saigneurs ».


Deli Sainzoumi Nestor, l’auteur du livre l’empreinte des Saigneurs

De ce fait, “L’Empreinte des saigneurs” a pour but d’inviter les lecteurs à la réflexion. Il s’adresse à tous et peut intéresser autant les jeunes que les adultes. Il décrit les comportements comme l’abus de pouvoir, la cruauté des hommes et le dérèglement éthique constituent les motifs des drames de ces textes.

Les différents textes qui constituent ce recueil invitent chacun à évaluer ses relations avec Autrui et réaliser l’expérience d’être-avec-autrui.

Pour l’auteur, le saigneur est celui qui mène les autres à l’abattoir, celui-là qui fait obstacle à l’épanouissement des autres. Il est le fraudeur qui met à mal les finances publiques, celui qui détourne les vivres destinés aux réfugiés, qui bouffe l’argent alloué pour la construction ou l’équipement d’une école ou d’un hôpital.

Le saigneur, c’est celui-là qui gâche l’avenir de la jeune fille en l’enceintant ; le saigneur c’est aussi celui-là qui torture à mort des prévenus dans les commissariats de police. Le saigneur c’est l’incarnation du Mal. Il prend le nom de la haine, de la terreur, du viol, du meurtre, de la pédophilie, etc.

Ce recueil de nouvelles met
en face du lecteur des crises de cet  époque que sont : la soif du pouvoir, la
perte de la valeur humaine, le dérèglement éthique, etc

À travers les différents récits de ce recueil, Deli Sainzoumi Nestor veut signifier aux entrepreneurs politiques et aux défenseurs des droits humains que les réseaux mafieux, nés sous les dictatures tropicales sont toujours à l’affût des cibles et qu’il est temps de doubler la mise pour sauver le peuple.

Si rien n’est fait, les jeunes Etats africains seront déstabilisés par des rébellions armées, des terroristes et des dictateurs invétérés.





tchadinfos

A lire aussi

Laisser un commentaire