le centre CPRAD/T donne le sourire aux débrouillards


Depuis
plusieurs années, le centre soutient plusieurs jeunes issus des couches
défavorisées en quête d’un avenir dans la ville de N’Djamena. Il facilite leur
insertion socio-économique et culturelle par la création des activités
génératrices.

Le centre
pluridisciplinaire pour la recherche et l’action en matière de développement du
Tchad (CPRAD/T) est créé en 2012. Il situé au quartier Diguel dans le 8e
arrondissement dans la capitale. Ce centre offre une possibilité aux personnes
venues du monde rural d’avoir une activité.

Ces jeunes pour la plupart sont venus des régions du Guéra, d Batha, du Lac, du Kanem, du Hadjer-Lamis et du Barh el Gazal, les deux Logones ainsi que du Moyen-Chari pour bénéficier de l’appui du centre en logement, en encadrement et un appui aux activités génératrices de revenus.

Pour faciliter leur insertion socio-économique, CPRAD/T a mis à leur disposition des porte-tout à long et court bras. Ces personnes démunies manient ces porte-tout pour exercer quelques activités génératrices pour pouvoir se prendre en charge.

Les porte-tout à court sont déployés pour offrir un service logistique à la population N’Djamenoise. Ces jeunes sont visibles dans les marchés de la ville avec les porte-tout colorés en vert. Pour les porte-tout à long bras, ils sont utilisés pour vendre de l’eau dans les ménages.

Ces moyens de transport étaient au prix de 500 à 1 000FCFA journalier. Mais pour soutenir ces jeunes, le centre les met à leur disposition au prix de 300 FCFA. En plus de cela, ceux qui sont sans abri sont logés dans le centre.

Un bénéficiaire du centre interrogé par Tchadinfos.com fait savoir qu’il réside à N’Djamena depuis quatre grâce aux moyens mis à la disposition des jeunes par le CPRAD/T.

Les œuvres du centre sont plus visibles dans les marchés de Dembé, Diguel Angabo et Walia .

Une assistance à la gente féminine.

Le centre soutient aussi les activités des femmes démunies, ces dernières sont en majorité les veuves et les filles mères qui se lancent dans la vente des nourritures dans les carrefours la nuit. Pour cela, une équipe les appuie avec un service logistique à bas prix. Ces femmes finissent leurs activités tard. Donc à la fin, les porteurs du CPRAD/T viennent les aider à rentrer leurs matériels.

Un
nouveau local pour couvrir le 9e arrondissement.

Les demandes se font de plus en plus pressantes et le local du centre à Diguel est incapable de satisfaire toutes ces demandes.   L’ambition du CPRAD/T c’est d’agir ensemble avec ces jeunes pour une transformation multidimensionnelle dans leurs communautés respectives sans exclusion. Le centre s’est procuré un nouveau local au quartier Walia. Pour le moment, le terrain est en train d’être aménagé pour prendre en charge 50 jeunes démunies avec leurs porte-tout.

Par ailleurs, Dr Apollinaire Rititingar avoue que le centre est manqué de partenariat de même de financement. Le centre qu’il dirige ne vit de ses ressources personnelles. Si les autorités et les ONG en charge peuvent voler au secours de ces jeunes qui ont besoin d’une assistance, plaide-t-il.





tchadinfos

A lire aussi

Laisser un commentaire