l’instabilité gouvernementale au Tchad, un héritage ?


Au Tchad, le gouvernement du 30 juin 2019 vient de subir un relookage, ce 11 août 2019, avec 3 départs pour 3 entrées, une permutation, et des changements de dénomination de quelques départements. Entre les deux remaniements, il n’y a eu que 42 jours. Une instabilité !

Depuis l’avènement de la 4ème République
en mai 2018, l’on assiste, avec ce dernier, exactement à un 5ème
remaniement, soit un nouveau gouvernement, tous les trois mois. Et ce, sans
compter, les départs inattendus de certains ministres du navire gouvernemental.
Cette situation ressemble à l’époque de 1958-1959, le Tchad avant
l’indépendance. L’instabilité gouvernementale, le Tchad hérite-t-il de son
passé ?

En effet, après la naissance de la 4ème République, la première équipe gouvernementale a vu le jour, le 7 mai 2018, avec des nouveautés comme la prestation de serment. Avec ce serment, les Tchadiens espéraient une longévité du Gouvernement. Désillusion. Seulement deux semaines après, un mini remaniement intervient, c’est-à-dire le 18 juin 2018.

LIRE AUSSI : pourquoi Aziz Mahamat Saleh est-il éjecté du gouvernement ?

Après ce changement, une accalmie précaire est observée.
A la surprise générale, le 11 janvier 2019, le chef de l’Etat met fin aux
fonctions de deux membres du gouvernement, notamment Boukar Michel, au
département du Pétrole et Mme Ndolenodji Alixe Naïmbaye, aux Postes et
Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication.  

Le 21 janvier 2019, deux personnalités font leur entrée dans le gouvernement, pour remplacer ceux qui sont renvoyés. Il s’agit d’Idriss Saleh Bachar, aux Postes et NTIC, et Mme Mariam Aziza El-Béchir, au Pétrole. Dix jours plus tard, c’est-à-dire le 31 janvier 2019, Mme Mariam Aziz El-Béchir est éjectée de son fauteuil. Elle est remplacée par M. Mahamat Hamid Koua, précédemment secrétaire général adjoint du Gouvernement.

LIRE AUSSI : voici la liste complète du gouvernement du 11 août 2019

Après cette phase, le chef de l’Etat prend un répit.
Mais, seulement pour 6 mois. Le 30 juin 2019, un décret portant remaniement du
gouvernement a été rendu public, tard dans la nuit. Puis le dernier en date,
est celui de ce 11 août 2019, jour de la fête de Tabaski, et de l’indépendance
du Tchad.

Un héritage de la période pré indépendance !

Cette situation rappelle beaucoup des Tchadiens, une situation déjà vécu, à la veille de l’indépendance. Après la proclamation de la République du Tchad, le 28 novembre 1958, le 1er Gouvernement provisoire a été formé avec comme Premier ministre Gabriel Lisette. L’année suivante, 1959, un an avant l’indépendance, a été marquée par une instabilité gouvernementale. Le 11 février 1959, un 2ème gouvernement provisoire a été formé. M. Sahoulba est nommé Premier ministre, ministre de l’Instruction publique. Un mois plus tard, précisément, le 12 mars 1959, un 3ème gouvernement a été mis en place avec Ahmed Koulamallah, comme Premier ministre, ministre chargé de l’Intérieur. Au bout de douze jours seulement, un autre gouvernement provisoire, le 4ème du genre, est formé et dirigé par M. François Ngarta Tombalbaye. Ce dernier forme le 1er Gouvernement de la République du Tchad, le 16 juin 1959, suite à la victoire du Parti progressiste tchadien (PPT) aux élections législatives. Après ce balbutiement politique, le pays accède à l’indépendance le 11 août 1960.  

LIRE AUSSI : le gouvernement vient d’être remanié

Après son indépendance, les régimes se sont succédé,
mais l’instabilité politique, a favorisé davantage l’instabilité gouvernementale.
Avec la formation des équipes gouvernementales sur la base des accords avec des
mouvements armés ou suivant le système géopolitique, le mode de gouvernance se
ressemble après 59 ans d’indépendance. Inertie totale !!!

Pour beaucoup d’observateurs de la scène politique
tchadienne, cette instabilité n’est pas de nature à favoriser la marche du pays
vers son émergence. Vivement qu’une stabilité suive après ce dernier
remaniement.





tchadinfos

A lire aussi

Laisser un commentaire