OUGANDA – RWANDA : Les Deux Pays Ont Signé à Luanda un Accord Pour Mettre Fin aux Tensions


Ce Mercredi à Luanda,
en présence des présidents de la RDC, du Congo et d’Angola, les
présidents Kagame et Museveni ont signé un accord destiné à mettre fin
aux tensions opposant le Rwanda et l’Ouganda. Par RP

Lundi
avant, l’Union africaine avait annoncé qu’il comptait adopter les
résultats du sommet de l’Angola, dans lequel l’Ouganda et le Rwanda
devraient signer des instruments de compréhension pour résoudre leur
crise politique.

Les relations entre
les présidents rwandais Paul Kagame et ougandais Yoweri Museveni se sont
détériorées au cours des derniers mois au point d’amener ces anciens
alliés à s’accuser mutuellement d’espionnage, assassinat politique et
ingérence dans les affaires intérieures de l’autre pays.

Dans l’accord signé à
Luanda, la capitale angolaise, les deux parties ont convenu de respecter
la souveraineté l’une de l’autre, de s’abstenir de tout acte qui
déstabilisent le territoire de l’autre et de reprendre « dès que
possible » des activités transfrontalières, selon une copie de l’accord.

Les deux parties ont
convenu de former une commission chargée de mettre en œuvre le pacte
dirigé par les chefs des services de renseignement et les ministres des
Affaires étrangères de chaque pays, conformément à l’accord.

Cet accord a été signé ce mercredi par le président
ougandais, Yoweri Museveni, et son homologue rwandais, Paul Kagame,
lors du Sommet de Luanda composé du Congo, de la RDC et de l’Angola pays
hôte.

Avec les présidents
congolais, les pays hôtes angolais et congolais, se sont engagés à
mettre en place un nouvel arrangement de coopération et de sécurité
régionale qui devrait apaiser les tensions dans la région.

  • Selon le mémorandum d’accord, le Rwanda et l’Ouganda se sont engagés à:
  •           respecter la souveraineté de chacun et des pays voisins,
  •       s’abstenir
    de toute action de déstabilisation ou de subversion sur le territoire
    de l’autre partie et des pays voisins, éliminant ainsi tous les facteurs
    susceptibles de créer une telle perception, ainsi que celle d’actes
    tels que le financement, l’entraînement et l’infiltration de forces de
    déstabilisation
  •          protéger
    et respecter les droits et libertés du ressortissant de l’autre partie
    résidant ou transitant sur leur territoire national, conformément au
    droit du pays.
  •      reprendre
    dès que possible les activités transfrontalières entre les deux pays, y
    compris la circulation des personnes et des biens, en vue du
    développement et de l’amélioration de la vie de leurs populations.
  •        promouvoir,
    dans un esprit de panafricanisme et d’intégration régionale, une
    coopération globale dans les domaines de la sécurité politique, de la
    défense, du commerce et des échanges culturels, ainsi que des
    investissements fondés sur la complémentarité et les synergies
  •          mettre
    en place une commission ad hoc pour la mise en œuvre du présent
    mémorandum ou protocole d’entente, présidée par les ministres des
    affaires étrangères et composée des ministres chargés de
    l’administration interne et des services de renseignement des deux pays.
  • –         tenir les animateurs régulièrement informés de l’état d’avancement de la mise en œuvre du mémorandum d’accord.

Après la cérémonie, le président Kagame a dit ne s’attendre à aucun problème dans sa coopération
« plus précise avec le président Museveni pour traiter ce que nous nous sommes engagés à traiter ».

Kagame a déclaré: « Je
remercie profondément les dirigeants angolais et congolais pour leur
attitude et leur engagement fraternel à nous aider à trouver des
solutions entre l’Ouganda et le Rwanda », a tweeté son bureau.

Museveni dans son
tweet après la signature a écrit : « Nous sommes convenus d’un ensemble
de questions qui seront mises en oeuvre entre nos deux pays,
principalement destinées à améliorer notre sécurité, nos échanges et nos
relations politiques. L’Ouganda est pleinement résolu à appliquer cet
accord ».

Le dirigeant angolais,
le président Lourenço, a salué l’accord de mercredi qui, a-t-il dit,
illustre « leur volonté de surmonter le conflit ».

Les diplomates et les
observateurs espéraient que le pacte de mercredi, assorti d’engagements
spécifiques des dirigeants, apaiserait les tensions.

D’autres observateurs
pensent que le diable est dans les détails de l’accord de Luanda. En
effet la grande partie de la cause du conflit est que  l’Ouganda
abrite les hommes qui peuvent ou qui veulent nuire au Rwanda. L’accord
n’étant pas un jugement, Il n’appartient qu’au seul Museveni, de trouver
les voies et moyens d’y apporter  une solution appropriée.

Comme pays voisins et appartenant à la même communauté économique dans la région, il y a des facilités nécessaires que les pays s’accordent pour les bénéfices de tous. Ces genres des détails qui vont de soi, ne peuvent figurés dans un tel accord, mais ils sont indispensables pour bâtir les bonnes relations entre les pays.

Posté le 21/08/2019 par rwandaises.com



rwandaactu

A lire aussi

Laisser un commentaire