Pluie fine dans le nord de Libreville, un poème de Robert Orango Berre


Ancien influent Porte parole de la présidence de la République gabonaise sous Omar Bongo Ondimba, Robert Orango Berre totalement en retrait de la politique et de la vie administrative, reste alerte dans l’écriture, son véritable violon-d’ingres.

Auteur de « Dans le bruissement de mon encrier » paru en septembre 2019 chez la Société des écrivains, Robert Orango Berre a publié le texte de ce poème sur sa page Facebook :

L’odeur particulière de la terre brute remonte soudainement dès les premières gouttes de pluie. Le parfum exceptionnel des fleurs s’échappe discrètement tandis que les arbustes sourient à leur manière. Les petites mangues luisent dejà sous l’effet de la rosée. Une aubaine, un peu de fraîcheur pour tous !

Robert Orango Berre, écrivain poète

La brume descend progressivement du ciel de Libreville tandis que les petits oiseaux se mettent rapidement à l’abri.
Les chiens se calfeutrent sous les véhicules pendant que les chats sournois et malins guettent prudemment la gamelle des cabots.
La pluie a étrangement cessé de tomber en l’espace de quinze minutes. IL faut rouvrir les volets et scruter les nuages.
Ainsi s’égrène le temps. Ainsi va la vie. La pluie aujourd’hui, le soleil demain…

Robert Orango-Berre





gabonactu

A lire aussi

Laisser un commentaire