Au sommaire de l’édition de ce Mardi 01 Octobre 2019 du journal “AMAKURU Y’IWACU – IWACU


•155 membres des Commissions électorales provinciales indépendantes (CEPI) ont prêté serment ce mardi 1er octobre. Dans son discours, le président de la CENI, Pierre Claver Kazihise, a indiqué que ces nouveaux commissaires des CEPI ont été choisis dans 22 partis politiques, 21 associations de la société civile et 7 confessions religieuses. Il a appelé ces commissaires à comprendre qu’ils ne font plus partie de leurs organisations d’origine. « Ils sont désormais membres de la grande famille CENI avec toutes les valeurs qui les caractérisent : indépendance, impartialité, intégrité, patriotisme. »

• Le gouvernement burundais demande à la communauté internationale de ne pas se livrer à des actes d’interférence caractérisée dans les prochaines élections. Le processus électoral au Burundi est une affaire interne qui relève exclusivement de la souveraineté nationale. Une déclaration faite à la 74 ème session ordinaire de l’Assemblée Générale de l’ONU par le ministre burundais des Affaires étrangères. Selon Ezéchiel Nibigira, tout accompagnement à ce processus doit être fourni sur demande du gouvernement conformément aux principes de la Charte de l’ONU.
Le parti UPD Zigamibanga estime que la présence des observateurs internationaux lors des prochaines élections est requise. Pour Abdul Kassim, président de ce parti, personne n’organise une grande fête sans invités.

Le parti Sahwanya Frodebu de son côté dit ne pas être surpris par le fait que le gouvernement ne veuille pas d’observateurs internationaux. Selon Léonce Ngendakumana, c’est pour voler les élections, ne pas respecter le verdict des urnes.

• Le ministère de l’Intérieur indique que dès jeudi de cette semaine, le premier convoi de rapatriés arrivera sur le sol burundais en provenance de la Tanzanie. Selon Nestor Bimenyimana, directeur en charge du rapatriement au sein de ce ministère, environ 1000 sont attendus même si l’effectif final n’est pas encore connu. Cela dans le respect de l’accord conclu entre le Burundi et la Tanzanie qui prévoit un rapatriement de 2 mille réfugiés par semaine.



burundinews

A lire aussi

Laisser un commentaire