Mariama Dalan, inconsolable: « J’attends le tueur de mon fils devant Dieu… » | Africa Guinee


CONAKRY-Orphelin de père dès l’âge de 2 ans, Chérif Bah (15 ans)  été tué par balle ce lundi à Koloma Bomboly, laissant derrière une maman inconsolable. Elève en 8ème année, cet adolescent a reçu une balle ce lundi 4 novembre 2019 alors qu’il était sur le chemin du retour de l’école.

Le jeune garçon était dans des démarches pour son transfert dans une école publique quand il a croisé le destin. Sa maman, une veuve qui fait le petit commerce à Madina est inconsolable. Rencontrée à son domicile, Mariama Dalan explique comment elle a appris le décès de son unique garçon. Son témoignage est déchirant.

« Mon fils fait la 8ème année. Le matin on avait un programme pour ses études. On avait conclu cette année, comme je n’ai les moyens pour payer ses frais de scolarités dans une école privée, il va transférer dans un établissement public. Ce matin il est allé au collège Koloma pour prendre des renseignements pour son inscription. C’est notre dernière conversation. Vers les 17h on m’a appelé pour me dire qu’on a tiré sur lui à Bomboli et qu’il a été envoyé à l’hôpital Ignace Deen. Je me suis rendue à Ignace Deen mais les médecins m’ont interdit l’accès. Ils m’avaient dit qu’ils étaient en train de l’opérer. Je suis restée jusqu’à 20h après on est revenu à la maison. Dès mon arrivée, ils m’ont appelé pour me dire que mon fils a rendu l’âme », a témoigné cette veuve.

Mariama Dalan  attend l’auteur et le commanditaire de l’assassinat de son fils devant Dieu. « Chérif Bah était le seul garçon que j’avais. Aujourd’hui il ne me reste que sa sœur, je n’avais que ces deux enfants. Le père de Chérif est mort lorsqu’il avait 2 ans et 6 mois. J’ai pardonné mon fils, mais ceux qui lui ont ôté la vie, je ne les pardonnerai jamais. Je les attend devant Dieu où ils n’ont aucun pouvoir. J’attends le jugement de Dieu. J’ai trop souffert dernière mes deux enfants, leur père est décédé au moment où ils étaient des bébés. Maintenant qu’ils ont grandi, quelqu’un réserve une balle à mon fils. Je ne le pardonnerai jamais, je l’attends devant le Tout Puissant Allah. Dieu m’a épargné des soucis et lui il m’a plongé dans des soucis, lui aussi il sera dans des soucis jusqu’à devant Dieu. (Pleure). Il a tué mon fils gratuitement qui n’a rien fait. Je demande rien à ce régime, je m’en remets à Dieu », lance-t-elle en sanglot.

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00244) 666 134 023



africa guinee

A lire aussi

Laisser un commentaire