Algérie: 10e Fica – Le film d’animation « Wardi – The Tower » en ouverture


Alger — Le film d’animation « Wardi – The Tower » (La tour), une fiction dédiée à la vie dans les camps de réfugiés palestiniens au Liban, au combat quotidien pour la survie et à l’espoir du retour sur la terre natale, du réalisateur norvégien Mats Grorud a été présenté jeudi soir au public d’Alger.

D’une durée de 79mn, ce film a été projeté à la salle Ibn Zaydoun en ouverture du 10e Festival international du cinéma d’Alger (Fica) dédié au film engagé.

Le film relate le quotidien de Wardi, petite fille de 11 ans née dans les camps de réfugiés palestiniens au Liban et qui ne connaît presque rien de la Palestine. C’est le 15 mai, jour de commémoration de la Nekba de 1948, lorsque les Palestiniens ont été chassés de leur terre, que Sidi, l’arrière-grand-père découvre que Wardi n’a aucune connaissance de son histoire.

Sidi raconte ce que sa famille a subi en 1948 et comment ils s’étaient retrouvé vivant sous une tante dans un petit camp de toile au Liban. Il lui raconte également comment ce petit camp s’est transformé progressivement en une jungle urbaine avant de lui remettre la clé de la maison familiale abandonnée de force en Palestine en nourrissant l’espoir d’y retourner.

Craignant que son arrière-grand-père ne meurt après avoir perdu espoir, Wardi questionne ses proches dans la tour de fortune familiale et remonte le fil de l’histoire et la résistance de chaque génération.

Ayant vécu dans un camps de réfugiés palestiniens au Liban en tant qu’enseignant d’anglais, Mats Grorud a confié que ce film est inspiré de différents parcours familiaux racontés par les populations des camps.

Inauguré jeudi, le 10e Fica propose une sélection de huit longs métrages de fiction en compétition dont « La miséricorde de la jungle » du Rwandais Joël Karekezi, « Fatwa du Tunisien Mahmoud Ben Mahmoud, « Yuli » de l’Espagnole Iciar Bollain, ou encore « Paysages d’automne de Merzak Allouache projeté en avant-première algérienne.

Dans la catégorie documentaire le Fica aura retenu cette année des œuvres comme « La décennie noire » de Fatima Ouazane, « Le silence des autres » des réalisateurs espagnols Almudena Carracedo et Robert Bahar, ainsi que « L’envers de l’histoire de la Serbe Mila Turajlic.

Le 10e Fica se poursuit jusqu’au 16 novembre à salle Ibn Zaydoun alors que des rediffusion sont programmées à la salle Cosmos.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire