Au Brésil, une cure d’austérité qui oublie le peuple



Pour résorber un déficit colossal, les mesures présentées par le président brésilien Jair Bolsonaro au Congrès prévoient d’accentuer la rigueur budgétaire, tout en donnant davantage d’autonomie aux collectivités territoriales. 

Après l’adoption de sa réforme des retraites le mois dernier, le gouvernement Bolsonaro continue sa cure d’austérité, promise lors de la campagne électorale, afin de réduire un déficit public qui atteindrait 90% à la fin de l’année, selon le FMI.

Le président brésilien s’est rendu en personne au Congrès, le 5 novembre dernier, pour remettre aux parlementaires un ensemble de mesures pour réduire les dépenses publiques et décentraliser les ressources de l’État, via un amendement constitutionnel (PEC).

“En résumé, explique BBC Brasil :

le PEC modifie les règles qui définissent la façon dont sont gérées les ressources des États [de la fédération], des municipalités et de l’Union [le niveau fédéral], en imposant une série de restrictions aux dépenses non autorisées [hors budget].” 

“​Un des points les plus polémiques” de ce projet concerne la réforme du service public, que le gouvernement souhaite faire adopter avant la fin de l’année, indique BBC Brésil

Les fonctionnaires à l’amende

Ainsi, le texte prévoit qu’en cas “d’urgence budgétaire”, c’est-à-dire “lorsque les dépenses courantes (obligatoires, telles que le paiement des salaires) atteignent 95% des recettes courantes”, la journée de travail des fonctionnaires pourra, pendant une période d’un an, être réduite de 25% sans compensation de salaire, explique le site.

Le texte envisage aussi un gel temporaire des évolutions de carrière, des réajustements salariaux et des concours publics.

Au regard de cette proposition, “quatorze États [de la fédération brésilienne] seraient aujourd’hui en état d’urgence budgétaire”, souligne le magazine économique Valor.

Fin de l’emploi à vie

Le président d’extrême droite entend par ailleurs mettre fin à l’emploi à

[…]

Morgann Jezequel et Sabine Grandadam





A lire aussi

Laisser un commentaire